Le Nigeria a repoussé les élections générales (présidentielles et législatives) prévues ce samedi, la Commission nationale électorale indépendante arguant in extremis de problèmes logistiques.
Initialement prévues ce samedi 16 février, elles auront lieu finalement le 23 février, soit une semaine après.
Pour pouvoir garantir la tenue d’élections libres, justes et crédibles, organiser le scrutin comme il était convenu n’est plus possible“, a déclaré à la presse le président de cette Commission, Mahmood Yakubu, à l’issue d’une réunion en urgence dans la nuit précédant le scrutin.
73 candidats sont en lice pour devenir chef de l’Etat dans la première économie d’Afrique et premier exportateur de pétrole du continent.


Près de 84 millions d’électeurs étaient attendus dans les quelques 120.000 bureaux de vote qui devaient ouvrir dès 8h00, heure locale (7H00 GMT) à travers tout le pays.