Le Conseil des ministres du mercredi 27 février s’est délocalisé à Kantè, une localité située à 467 km au nord de Lomé ? Pourquoi ce choix de Kanté ? C’est la question a taraudé l’esprit de bon nombre de Togolais lors de l’annonce de cette délocalisation du Conseil des ministres dans cette localité.


Focus sur le chef-lieu de la préfecture de la Kéran

D’une superficie de 35 km², la Commune de Kanté compte 22.497 habitants. Kantè est entourée des Cantons de Nadoba à l’Est, d’Ataloté à l’Ouest, de Pessidè au Nord et de Défalé au Sud.

Lire aussi [Dernière minute] Le pasteur Alph Lukau reconnaît que « l’homme du cercueil » n’était pas mort et présente ses excuses

Sur le plan de l’éducation, la localité compte 8 écoles primaires, 2 maternelles, 3 collèges d’enseignement général (CEG), 1 Collège technique, 1 lycée moderne, 1 lycée technique, un centre informatique et bureautique ; 2 centres de formations : Promohandicap pour la promotion du braille et du langage gestuel et 1 Cabinet Informatique tenu par des sœurs.

Cette localité est un symbole de fortes potentialités agricoles de la partie septentrionale du Togo. Elle est une ville cosmopolite regroupant les Lamba, Temberma, N’gangan, Losso, Kabyè, Kotokoli, Ngnandé, Sola, Moba, Haoussa, Yorouba, Ewé, Tchokossi, Mossi, Peulh.

Lire aussi : Limogeage de Kako Nubukpo de l’OIF: le Togolais pointe du doigt les Présidents Ouattara et Macron

Le choix de Kanté, illustre-t-il ainsi la volonté que le gouvernement togolais porte aux enjeux de la production agricole et du bien-être des paysans à travers son ambitieux mécanisme incitatif de financement agricole (Mifa) qui endosse une bonne partie de cette responsabilité ? Rien n’est moins sûr.

Que dire de son emplacement stratégique, de sa culture riche en tradition et de son marché ?

Kanté est la dernière ville avant la traversée du parc de la Kéran. C’est le point de repos avant d’aller vers le Nord (Mango et Dapaong) ou vers le Sud (Kara et Lomé). Elle est connue également pour son marché et ses fêtes traditionnelles, notamment, Tislm-Difoini-Oboudam (fête des moissons et d’initiation dans la Kéran).

Cette fête, qui regroupe toutes les populations de la Kéran, est un hommage aux dieux et aux ancêtres pour avoir fourni d’abondantes récoltes. C’est aussi l’occasion pour les peuples de la Kéran de déceler les richesses que contiennent leurs coutumes et traditions et de dépouiller la jeunesse des complexes dus à l’acculturation. Elle est célébrée le deuxième samedi du mois de février à Kanté.

Au vu de toutes ses richesses, Kantè mérite bien une place de choix dans la liste des localités aux fortes potentialités au Togo.