L’affaire fait grand bruit depuis quelques semaines avec des révélations diverses. Dans sa parution de cette semaine, Jeune Afrique nous renseigne sur cette guerre ouverte au « Conseil africain et malgache pour l’enseignement supérieur (CAMES), établi à Ouagadougou et déchiré par des rivalités internes».

Ils sont au nombre de cinq (5) universitaires à défier l’autorité du Secrétaire général du CAMES, Prof M’batchi (photo) et à refuser de répondre à la convocation du CAMES.



Il s’agit notamment de l’Ivoirien Francisco Djedjro Meledje, les Togolais Adama Kpodar, vice-président de l’université de Kara, et Dodzi Komla Kokoroko, président de l’université de Lomé, ainsi que les Béninois Ibrahim David Salami et Dandi Gnamou, enseignants à Abomey Calavi.

Lire aussi : Togo-Election locale : début de formation des OPS

Représentés par le cabinet burkinabè SCPA Kam & Some et par l’avocat togolais Eric Sossah, ils reprochent au secrétaire général Mbatchi de ne pas leur avoir communiqué les motifs précis de leur convocation et de leur avoir opposé une indifférence teintée de morgue et mépris.

Rappelons qu’ils avaient été convoqués du 16 au 18 avril devant la Commission d’éthique et de déontologie du CAMES.