Juste récompense pour les dirigeants du monde olympique togolais. Le Secrétaire général adjoint du Comité national olympique du Togo (CNO-TOGO), Koffi Assenim (photo), vient d’être élu au poste de Secrétaire général de l’Union des fédérations africaines de karaté (UFAK), Zone 3. Et ce, à l’issue d’un congrès de cette union tenu en marge du 18e championnat d’Afrique de karaté de la zone 3 à Abidjan (Côte d’Ivoire).

Lire aussi : Togo-Officiel : l’intégralité des réformes constitutionnelles adoptées par les députés à l’unanimité ce mercredi 8 mai

L’homme, connu pour son dévouement à l’olympisme en général, et au karaté en particulier, vient de gravir une nouvelle marche dans sa carrière. Humble, travailleur, et discipliné, ses qualités lui valent aujourd’hui la confiance de ses pairs de l’Union des fédérations africaines de karaté de la zone 3 qui couvre huit pays à savoir le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Liberia, le Niger, le Nigeria et le Togo.

Hier, c’était Deladem Akpaki, Secrétaire général du CNO-TOGO, porté à la tête de la Direction Marketing de l’Union africaine de judo (UAJ). Fait Officier de l’Ordre du Mérite à l’occasion des 59 ans d’indépendance du Togo, Deladem Akpaki n’attend pas pour démontrer son savoir-faire et ses ambitions à son nouveau poste. Aujourd’hui, c’est Koffi Assenim. De quoi se réjouir de la richesse des ressources humaines aux commandes du CNO-TOGO.

Lire aussi : Togo : un navire attaqué aux larges hier nuit, 8 pirates mis en échec par la marine

Bayor, Monsieur Efficace

Ces bonnes nouvelles qui se multiplient pour le Togo et son Comité national olympique sur la scène internationale sont tout à l’honneur d’un homme : Azaad Kelani Bayor, président du CNO-TOGO. Il ne cesse de déjouer tous les pronostics et prouver tout le bien qu’on pense de lui. A ce jour, son parcours à la présidence du CNO-TOGO est salué par la majorité des acteurs sportifs qui lui fait confiance. Lui qui assume avec rigueur et responsabilité ce poste.

Dans le scandale de la fausse athlète togolaise aux Jeux de Sotchi, un dossier qu’il a géré avec sagacité et hauteur d’esprit, Azaad Kelani Bayor est resté intraitable, en prenant des décisions courageuses, saluées par le public sportif. Sur le plan de la gestion interne du CNO-TOGO, il attache du prix au respect scrupuleux des textes, en renvoyant régulièrement les acteurs aux dispositions réglementaires en cas de litige.

C’est également sous lui que le CNO-TOGO s’est doté d’un nouveau Manuel de procédure dont veulent s’inspirer aujourd’hui d’autres pays africains pour gérer leur comité olympique. Toutes ces actions et réformes font de lui un président qui agit sans bruit, mais efficacement. Ce qui lui vaut, selon nos indiscrétions, une invitation personnelle du président du Comité international olympique (CIO) dont la date et les détails seront communiqués incessamment.