Les menace et attaques terroristes deviennent très récurrentes ces derniers jours en Afrique de l’Ouest. Que ce soit au Burkina Faso, au Niger, ou encore au Mali, nul n’est épargné.

-- Vidéo de L-FRII --

En raison de ces menaces, une attaque ne peut être exclue au Togo. Il convient d’observer une vigilance accrue, particulièrement dans les lieux fréquentés par les expatriés.

Lire aussi : Voici ce que prévoit Facebook pour limiter la diffusion en direct d’images terroristes

I- Risques encourus et recommandations associées
A. Manifestations

Des manifestations se déroulent à échéance régulière dans les principales villes du Togo, pouvant occasionner des incidents violents. Il est recommandé de rester à l’écart de tout rassemblement.

B. Risques liés aux transports

Les accidents de la route sont fréquents, généralement liés à la vétusté des véhicules en circulation, au mauvais état de certaines routes, ainsi qu’au non-respect du code de la route par certains conducteurs. Il est déconseillé de circuler de nuit, la signalisation étant quasi-inexistante, les routes peu éclairées et des véhicules circulant parfois tous feux éteints. De nuit, les voyageurs sont également plus vulnérables aux attaques, toutefois rares, de coupeurs de route, notamment dans le Nord, vers la frontière avec le Burkina Faso. Dans les régions reculées, il convient de voyager en convoi d’au moins deux véhicules.

Durant la saison des pluies (de fin mars à juillet et de mi-septembre à fin octobre) les routes peuvent rapidement devenir impraticables. Il est recommandé de disposer d’un véhicule à quatre roues motrices, notamment pour voyager sur les routes secondaires.

Lire aussi : Nissan : profits en berne, HirotoSaikawa blâme Ghosn

Il est déconseillé d’emprunter les taxis-motos (« zem » ou « zemidjan »), moyen de transport bon marché mais à l’origine de nombreux accidents. Il convient de privilégier les taxis (voitures à plaque d’immatriculation de couleur jaune) individuels ou collectifs.

C. Piraterie maritime

Compte tenu de la menace d’actes de piraterie maritime dans le golfe de Guinée, la navigation de plaisance est formellement déconseillée au large des côtes du pays.

D. Délinquance

Des cas de vols avec ou sans violence sont régulièrement signalés. Pour en limiter le risque, il est déconseillé de circuler la nuit à pied ou à moto à Lomé, en évitant particulièrement la plage et le front de mer et ce dès le coucher du soleil.

Lors de déplacements en voiture, il est recommandé de circuler portes verrouillées et d’être vigilant sur le trajet du retour au domicile, particulièrement de nuit.

En dehors de la capitale, il est préférable d’éviter de circuler de nuit sur les routes qui relient les principales villes du pays. Plusieurs cas d’agressions et vols à main armée, commis par des coupeurs de routes, ont été recensés.

E. Cybercriminalité

Une recrudescence des actes de cybercriminalité est constatée au Togo. Les modes opératoires les plus répandus sont l’hameçonnage par courriel frauduleux (phishing) et l’escroquerie aux sentiments.

Face à une demande d’argent (dans un cadre commercial ou une situation de détresse alléguée) en provenance notamment d’un particulier rencontré sur Internet ou semblant provenir d’une administration, togolaise ou autre, il convient de ne jamais verser la somme demandée et de se manifester par courriel à l’ambassade de France (contact.lome-ambachez diplomatie.gouv.fr).

F. Terrorisme

En raison de la menace terroriste en Afrique de l’Ouest, une attaque ne peut être exclue au Togo. Il convient d’observer une vigilance accrue, particulièrement dans les lieux fréquentés par les expatriés.

Lire aussi : L’ONU recrute (15 mai 2019)

II- Zones de vigilance
A. Zone formellement déconseillée

Compte-tenu de la présence avérée de groupes armés actifs au sud-est du Burkina Faso, les autorités togolaises ont déployé d’importants moyens pour sécuriser leur frontière septentrionale. Dans ce contexte d’opérations militaires, la zone frontalière avec le Burkina Faso est formellement déconseillée, de même que le passage de la frontière à Cinkassé.

B. Zone déconseillée sauf raison impérative

En raison du contexte sécuritaire au Burkina Faso, le nord de la région des Savanes et la partie nord de la frontière avec le Bénin, à partir de la ville de Nadoba, sont déconseillés sauf raison impérative.

C. Zone de vigilance renforcée

Le reste du pays est placé en vigilance renforcée.

Le front de mer à Lomé et les abords des hôtels situés à proximité sont déconseillés aux promeneurs, particulièrement le soir. Des cas d’attaques à l’arme blanche ont été signalés.

III- Recommandations générales

De manière générale, il est recommandé de :

Ne pas arborer de signes ostentatoires de richesse, notamment sur les plages ou les marchés, et laisser tout objet de valeur dans des lieux sécurisés (ex : coffre des hôtels).

Ne pas transporter tous ses papiers et son argent dans un seul sac et sortir avec le strict minimum.

Laisser ses documents d’identité et de voyage en lieu sûr et se munir de photocopies lors de déplacements dans le périmètre du lieu d’hébergement.

Ne jamais prendre parti dans les débats ou conversations politiques et, de manière générale, observer un comportement discret et neutre

Avec France Diplomatie