La sortie semble se rapprocher pour la Première ministre britannique Theresa May dont le plan de la dernière chance pour mettre en oeuvre le Brexit n’a convaincu ni sa majorité ni l’opposition. Sa démission très prochaine semble certaine pour les observateurs britanniques.

“Theresa May va annoncer sa démission de façon imminente”, écrivait le journal britannique Express mardi 21 mai. Plusieurs ministres ont également déclaré à la BBC qu’elle “ne pouvait pas rester”.



Lire aussi : Togo : 15 malfaiteurs dont 3 braqueurs de Lomé arrêtés présentés par police nationale ce mercredi 22 mai

Les conservateurs mécontents

Son plan de la “dernière chance” pour le Brexit prévoit une série de compromis, dont la possibilité de voter sur un second référendum et le maintien dans une union douanière temporaire avec l’UE, pour tenter de rallier la majorité des députés. Mais en lâchant du lest, Theresa May a hérissé les eurosceptiques de son camp, dont Andrea Leadsom.

Lire aussi : Togo : Grant Thornton recrute (23 mai)

A la veille des élections européennes en Grande-Bretagne, qui s’annoncent difficiles pour les conservateurs, la ministre chargée des relations avec le Parlement, Andrea Leadsom, a en effet annoncé mercredi soir sa démission. Elle estime “ne plus croire” que le gouvernement puisse mettre en oeuvre le résultat du référendum de juin 2016 en faveur du Brexit.

Le départ du Royaume-Uni de l’UE a déjà été repoussé à plusieurs reprises. Le 12 avril, sans accord trouvé entre le parlement britannique et l’UE, Theresa May a réussi à repousser de six mois le Brexit, qui devrait avoir lieu, pour la troisième fois, le 31 octobre prochain.

“Combien peut-elle encore encaisser?”

“Combien peut-elle encore encaisser?”, s’interroge en Une le Daily Express ce jeudi alors que The Times écrit: “May se prépare à démissionner après la mutinerie de son cabinet”. Aucun doute également pour The Sun, qui titre: “May sur le point de partir après le fiasco du Brexit”.

Le “comité 1922”, responsable de l’organisation des Tories (conservateurs), s’est réuni mercredi après-midi pour discuter d’un éventuel changement de règles pour évincer Theresa May, déjà sommée la semaine dernière par cette instance de préparer son départ.

Graham Brady, le président de ce comité, a déclaré à des journalistes qu’il rencontrerait la Première ministre vendredi, une réunion qui pourrait bien sceller le sort de Theresa May.