Les examens du brevet d’étude du premier cycle (BEPC) session 2019 ont révélé des fraudes dans plusieurs centres d’écrit en Côte d’Ivoire.


Lire aussi : Les 3 grands candidats en lice pour le Ballon d’Or d’Afrique

Après les cas d’Abengourou, Zuenoula, Divo, Guitry et autres, des soupçons de fraude et complicité de fraude, ont été constatés lors du déroulement de l’examen en juin dernier à Grand Bassam.

Cinq enseignants et un candidat ont été placés sous mandat de dépôt à la prison civile de l’ancienne capitale ivoirienne. Ils avaient transmis des épreuves corrigées via le téléphone portable au candidat interpellé.

La police a ausculté les appels et messages du téléphone de l’élève avant de remonter jusqu’aux enseignants « fraudeurs ».

Lire aussi : Togo : la BAD recrute pour ces 5 postes (15 juillet 2019)

Ils ont tous été arrêtés et placés sous mandat de dépôt vendredi dernier. Ils risquent tous une peine de 12 mois d’emprisonnement ferme, et ne pourront plus se présenter à un quelconque examen et concours sur l’ensemble du territoire national, comme l’a annoncé la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, Mme Kandia Camara.

Avec Koaci

Comments

0 comments