La candidature de Guillaume Soro à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire est un secret de polichinelle. En attendant cette échéance, l’homme, qui a connu un revers lors de la course pour la présidence de l’Assemblée parlementaire de la francophonie (Apf) le mois dernier, enchaîne des voyages à titre privé pour raffermir ses relations à l’international.


uneEn Europe, Guillaume Soro en quête de soutiensDans sa parution de ce jour, l’hebdomadaire Jeune Afrique révèle que Guillaume Soro est « arrivé en France mi-juillet, après avoir séjourné en Turquie ».

Lire aussi : Bénin : un peu de repos pour Patrice Talon

En Turquie, l’ex-Premier ministre ivoirien a, entre autres, rencontré ses amis Ramazan Çirak, président de la Chambre de commerce de Turquie en Côte d’Ivoire, et Serdar Toros Cengiz, ancien conseiller ministériel. Ce dernier l’a présenté à des hommes d’affaires et, le 5 juillet, à Egemen Bai, l’ancien ministre des Affaires européennes.

Reconverti dans des activités de conseil, Bai a confié à Jeune Afrique avoir « eu des échanges de vues » avec Soro. Face à ses hôtes, ce dernier n’a pas fait mystère de ses ambitions présidentielles. Il les a même conviés par courrier à assister « très prochainement au lancement de [son] mouvement politique, le GPS ».

Lire aussi : Togo : le stade de Kégué inauguré fin juillet par le président Faure Gnassingbé

Le 9 juillet, l’ex président du parlement ivoirien a déjeuné à Osmangazi avec le francophone Cem Hasanolu, adjoint au maire de cette ville de 860 000 habitants qui sera bientôt jumelée avec Abidjan.

Lire aussi : Drame / CAN 2019 : un Guinéen battu à mort par un supporter Algérien en France

À Ankara, le 10 juillet, il a été reçu au Parlement par le député Ali Özkaya, proche (et avocat) du président Recep Tayyip Erdoan. Serdar Cengiz a tenté de lui organiser un rendez-vous avec Fuat Oktay, le vice-président, au palais présidentiel. En vain, cette initiative ayant été prise en dehors des canaux diplomatiques. Soro a ensuite passé quelques jours de vacances avec Amir Moshkabadi, un homme d’affaires iranien.

Lire aussi : Financement de Kadhafi : une mauvaise nouvelle pour Nicolas Sarkozy

Avant le périple du côté de la Turquie, Guillaume Soro s’était rendu au Maroc, du 11 au 25 juin. Le lobbyiste et communicant Omar Alaoui a contribué à préparer ce déplacement. À Casablanca, Soro a dîné avec son ami Alexandre Benalla. L’ex-chargé de mission du cabinet d’Emmanuel Macron lui a ensuite présenté à Marrakech l’un de ses proches, l’homme d’affaires Vincent Miclet, qui a bâti une partie de sa fortune en Angola, indique le journal.