L’entreprise vient de s’associer avec Coscharis Group pour produire des véhicules de la marque française à Lagos et les commercialiser à travers le pays. Le groupe français va ainsi renforcer sa position de leader en Afrique avec 18% de parts de marché pour les véhicules neufs.

Lire aussi : Togo : la BAD recrute pour ces 5 postes (22 juillet 2019)



Renault produira à Lagos, dès le mois d’octobre, deux modèles à bas coûts : la berline Logan et le véhicule utilitaire sportif de loisir Duster. Ils seront assemblés dans une usine du groupe Coscharis, qui produit déjà d’autres marques.

Le constructeur français arrive pour la première fois au Nigeria. Il vise dans un premier temps une production annuelle de 900 véhicules, soit une part de marché de 5% dans le pays africain le plus peuplé, avec près de 200 millions d’habitants – soit le triple de la population française.

Lire aussi : CAN 2019 : changement d’arbitre pour la finale, la CAF donne sa version officielle

Cela représente un marché important, même si le produit intérieur brut par habitant nigérian est 18 fois inférieur à celui de la France. Renault profitera de sa production locale pour importer ses véhicules à bas coûts produits au Brésil : la petite citadine Kwid et le pick-up Oroch. Les deux modèles ne paieront que 35% de droits de douane au lieu de 70%, à raison d’un véhicule importé pour un véhicule assemblé au Nigeria. Les quatre modèles Renault, deux assemblés à Lagos et deux au Brésil, seront distribués dans tout le pays par l’intermédiaire du réseau commercial Coscharis Motors.

En 2018, Renault a vendu 216 000 véhicules en Afrique. Les volumes les plus importants ont été écoulés au Maroc, en Algérie, en Afrique du Sud et en Égypte.

Lire aussi : Nigeria : 37 morts dans une attaque terroriste

Au Nigeria, le constructeur français s’est associé à un conglomérat créé en 1977. Coscharis Group est présent dans plusieurs secteurs d’activité comme les technologies de l’information, la logistique, l’agriculture, l’alimentation, l’immobilier et la santé. Il a commencé à assembler des véhicules fin 2015.