Dans un communiqué transmis à la presse locale vendredi 16 août, la filiale algérienne du géant chinois des télécommunications Huawei a réagi à l’article publié dans le quotidien américain Wall Street Journal (WSJ). Cet article a accusé l’entreprise d’avoir aidé des gouvernements africains, notamment algérien, ougandais et zambien, à surveiller leurs opposants politiques.

« Huawei tient à clarifier la situation et à dénoncer toutes ces accusations non fondées », a indiqué l’entreprise chinoise dans une déclaration relayée par le site d’informations Tout sur l’Algérie (TSA).



Lire aussi [Vidéo] Il fait irruption sur le terrain en plein match Liverpool – Chelsea

À cet effet, « Huawei rejette complètement les allégations non fondées et incertaines du Wall Street Journal contre ses activités commerciales en Algérie, en Ouganda et en Zambie», a ajouté le communiqué, précisant que « le code de conduite professionnelle de Huawei interdit à tout employé d’entreprendre des activités qui compromettraient les données ou la confidentialité de nos clients ou des utilisateurs finaux, ou qui enfreindraient les lois en vigueur ».

En conclusion, le géant chinois affirme être fier « de respecter les lois et les réglementations locales à travers tous les marchés où il opère et défendra sa réputation avec vigueur face à de telles allégations sans fondements ».

L’enquête du Wall Street Journal

Lire aussi Drame : une actrice étrangle sa fille de 17 ans à mort puis se suicide

Dans son article, le quotidien américain a rapporté que les dirigeants de Huawei avaient conseillé aux autorités ougandaises de se rendre en Algérie pour prendre connaissance du système de surveillance mis en place, à l’époque du Président déchu Abdelaziz Bouteflika, lequel cherchait à savoir ce qu’envisageait l’opposition.
À cet effet, le journal a indiqué qu’une équipe de hauts responsables sécuritaires ougandais s’était effectivement déplacée, en septembre 2017, en Algérie. Selon lui, la délégation avait « étudié le système de vidéosurveillance à Alger, qui comprenait des centres de surveillance de masse et de cyber-surveillance ». « Les Algériens sont avancés dans ce domaine », avait déclaré un membre de la délégation.

Le Wall Street Journal a affirmé, par ailleurs, avoir pris possession d’un rapport élaboré conjointement par les services de sécurité ougandais et algériens, indiquant que le « système intelligent de vidéosurveillance de Huawei » était un « système avancé » qui « fournit l’une des meilleures applications de surveillance ». Les deux pays avaient d’ailleurs signé un accord pour qu’une équipe algérienne conseille le gouvernement ougandais « sur le déploiement du programme […] de surveillance mis en œuvre par Huawei ».

Lire aussi Fulham : Floyd Ayité en manque de temps de jeu

« Le ministère algérien des Affaires étrangères n’a pas répondu à de multiples courriels et appels à commentaires. De multiples visites et appels à l’ambassade d’Algérie en Ouganda n’ont donné aucun commentaire », a conclu le Wall Street Journal.

Les autorités des pays mis en cause dans l’enquête n’ont toujours pas réagi à ces accusations.

Avec Sputnik