Tanko Timati

En début de semaine, l’on apprenait l’existence d’une lettre d’accusation, contre le Malgache Ahmad Ahmad (photo), envoyée à la FIFA par l’Egyptien Amr Fahmy (36 ans) pour corruption et harcèlement se3uel.

Cette lettre dont le contenu a été révélé par le journal britannique Reuters a été envoyée moins d’une semaine après le licenciement du désormais ex-secrétaire général qui est remplacé par le Marocain Mouad Hajji.

Contenu du courrier

Dans la correspondance consultée par Reuters, Fahmy accuse le président de la CAF de l’avoir obligé à verser sur les comptes bancaires des présidents de fédérations africaines la somme de 20 000 dollars (17 700 euros). L’Égyptien y explique aussi qu’Ahmad avait rompu unilatéralement le contrat qui liait la CAF à l’équipementier allemand Puma pour s’engager avec la société française Technical Steel, basée à La Seyne-sur-Mer.

Lire aussi : Le Président de la CAF Ahmad Ahmad accusé de corruption et de harcèlement se3uel

Un deal qui, selon Fahmy, aurait été favorisé par la proximité entre Ahmad et un des dirigeants de Technical Steel, et dont le surcoût pour la CAF atteindrait 830 000 dollars. Enfin, l’ancien secrétaire général accuse son ex-patron d’avoir acheté des voitures en Égypte et à Madagascar – où un bureau a été ouvert pour lui – pour un montant de 400 000 dollars, provenant des comptes de la CAF, alors que les véhicules étaient pour le seul usage personnel du Malgache. Lequel, selon Fahmy, aurait également harcelé se3uellement quatre salariées de la CAF.

Hayatou derrière tout ça ?

Fahmy avait déjà travaillé à la CAF de 2007 à 2015, avant d’y revenir en novembre 2017, après un passage chez Lagardère Unlimited. Celui-ci, dont les parents ont déjà travaillé avec Issa Hayatou, a aussi collaboré avec le Camerounais pendant presque huit ans, fait remarquer une source au magazine JeuneAfrique.

« La garde rapprochée d’Ahmad suspecte des membres du fan-club de Hayatou d’être derrière tout ça. Est-ce que la CAF a décidé de le limoger parce qu’elle avait des informations sur ce qui allait sortir, ou bien est-ce que c’était dans l’air depuis un certain temps ? Le timing interpelle malgré tout. Cela ne va pas être simple de connaître la vérité », confie la source au journal.

Réponse d’Ahmad Ahamd

Contacté mardi par JeuneAfrique, Ahmad Ahmad aurait déclaré que contrairement à ce « que j’ai pu lire ou entendre, Amr Fahmy ne quitte pas la CAF après un accord à l’amiable, mais qu’il s’agit bien d’une révocation. Et que la décision de se séparer de lui avait été prise depuis plusieurs mois. Il avait connu des problèmes de santé, et c’est pour cela que nous avions décidé d’attendre. »

« Nous avons des dossiers sur lui. C’est pour cela que nous avions décidé de ne pas le conserver », ajoute-t-il en précisant qu’une enquête interne est en cours.

Quant aux accusations de malversation, il répond que toutes les décisions sont collégiales. « Je ne suis pas habilité à décider tout seul », a-t-il lancé.

Pour l’accusation de harcèlement se3uel, Ahmad nie et indique que Fahmy avait fait pression sur des employées égyptiennes afin de leur faire dire qu’elles étaient harcelées, ce qu’elles ont refusé de faire.