Quand s’arrêtera-t-il ? En qualifiant jeudi, selon le Washington Post, plusieurs pays africains et Haïti, de “pays de merde”, Donald Trump, le Terrible, a franchi une nouvelle étape dans les injures.

Ces propos rapportés par le quotidien américain, sont tenus, lors des discussions d’une réforme de l’immigration avec des sénateurs démocrates et républicains invités à la Maison-Blanche.

Le président est intervenu lorsque le républicain Lindsey Graham et le démocrate Richard Durbin ont évoqué l’accueil de ressortissants de pays africains, du Salvador ou d’Haïti. «Pourquoi fait-on venir ici tous ces gens de pays de merde ?», s’est exclamé le président.

Il a déclaré que les États-Unis feraient mieux de s’ouvrir à des immigrants de pays comme la Norvège, dont la première ministre était à Washington la veille. «Quel besoin avons-nous d’Haïtiens en plus ?, a déclaré Trump. Qu’on les vire.» La tirade a choqué plusieurs sénateurs présents, qui l’ont rapportée au Washington Post.

L’intéressé dément

Ce vendredi, Donald Trump a pourtant laissé entendre dans un tweet qu’il n’avait pas utilisé l’expression «pays de merde».

«Le langage que j’ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés», a-t-il écrit.

Son cabinet justifie les propos

«Certains politiciens de Washington préfèrent se battre pour des pays étrangers, mais le président se battra toujours pour les Américains, avait justifié jeudi soir un porte-parole de la Maison-Blanche, Raj Shah, dans un communiqué ».

« Comme d’autres pays ayant adopté un système d’immigration au mérite, le président Trump se bat pour une solution permanente qui renforce notre pays en accueillant ceux qui peuvent contribuer à notre société, à la croissance de notre économie et s’assimiler à notre grande nation », a-t-il ajouté.

Avec Lefigaro

La Rédaction