2021 : la Chine ne servira plus de poubelle au reste du monde

Plus question pour la Chine d’être la poubelle du reste du monde. Cette fonction qu’elle a occupée pendant une quarantaine d’années prend fin à partir de ce 1er janvier 2021. Selon Courrier international, elle ferme la porte aux importations de déchets solides.

Si cette décision permettra au pays asiatique, qui, produisant de plus en plus de déchets ces dernières années, a progressivement limité ce genre d’importation depuis 2017, de protéger son environnement, elle ouvre la porte à un autre problème.

En effet, d’autres États, souvent plus pauvres, se verront obligés d’augmenter leurs volumes de déchets importés. En 2018, la Chine a mis en vigueur les premières restrictions. Conséquences, le Viêtnam a augmenté son importation de ferraille de 14 % et ces derniers temps, la Malaisie et la Thaïlande ont également vu les décharges se multiplier sur leur sol, indique l’hebdomadaire.

Hors Asie, la Turquie est passée de 4.000 tonnes de déchets plastiques importés chaque mois sur l’année 2016 à 48.500 en 2019 et les pays du golfe de Guinée ne sont pas épargnés par ce phénomène que la chercheuse Ifesinachi Okafor-Yarwood, de l’université de St Andrews, appelle « racisme environnemental » et dont elle accuse les pays riches.

Dans les pays les moins riches, le taux de production de déchets est de 0,6 kilo par jour et par habitant, alors que ce chiffre atteint 2,1 kilos et ne cesse d’augmenter dans les pays à hauts revenus (les plus riches en ville produisent 777 kilos de déchets par personne et par an).

Situation en Europe

Dans un rapport d’octobre dernier cité par le Figaro, la Cour des comptes européenne constate que ses «États restent extrêmement dépendants des pays non européens pour recycler leurs déchets». Sputnik rapporte que pour compenser une prochaine restriction des exportations de déchets hors du continent, la Cour appelle ses membres à accélérer le recyclage des emballages plastiques.


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
«Que cela cesse maintenant» : Guerre déclarée entre le PSG et Florentino Perez