in

La surprise Jordan Amavi à Nice

Son patronyme « AMAVI », en dit long sur ses origines togolaises. Il y a encore seulement deux mois, ce jeune stagiaire à l’OGC Nice ne se voyait pas en équipe première de l’OGC Nice. Au démarrage, il se retrouve titulaire face à l’Olympique Lyonnais. Milieu offensif gauche formé au Sporting Toulon Var, Jordan Amavi (Photo), sera l’une des curiosités de la saison en France du côté de Nice.

Agé de 19 ans, Joardan AMAVI ne comptait que trois matches disputés avec la réserve de l’OGC Nice en CFA2, comme expérience à un niveau relativement élevé des maillons du football français. Formé au Sporting Toulon Var, c’est en 2010 que ce « gaucher » a intégré le centre de formation de l’OGC Nice. Depuis, il n’a cessé de gravir les échelons avec en prime sa première sélection tricolore en U18 en la signature d’un contrat stagiaire pro de deux (02) ans avec Nice.

Avec ses copains, Jordan Amavi remporte la Gambardella en 2012. « En fait, je n’ai connu que deux clubs, puisque j’ai joué toute ma jeunesse au Sporting jusqu’en 2010 où j’ai signé à L’OGC Nice. De débutant jusqu’en U17, toutes les saisons ont été belles et notamment la dernière en Division d’Honneur (DH). A Nice, il m’a fallu trois bons mois pour m’intégrer et me sentir à l’aise, mais depuis tout va bien », explique t-il évoquant son parcours.

La saison 2011-2012 a couronné la progression du jeune ailier gauche capable également d’évoluer au poste de latéral. « J’étais blessé à la cuisse gauche en début de saison, ce qui a limité mon temps de jeu mais il fallait que je me soigne et je suis revenu doucement. La patience a apparemment payée puisque nous avons gagné la Gambardella et que j’ai connu ma première sélection en U18. Pour finir, j’ai joué trois matchs en CFA2 où j’ai marqué à chaque fois », résume t-il. Une performance qui n’a pas échappé à l’ancien entraîneur champion de France avec Lyon, Claude Puel, qui va promouvoir le joueur chez les professionnels cette saison, au point d’en faire un titulaire lors de la première journée de Ligue 1, face à l’OL. Une rencontre sanctionnée par une lourde défaite des Niçois (4 -0). Jordan AMAVI a disputé 70 minutes avant d’être remplacé.

L’ancien pensionnaire du Sporting Toulon a très vite pris ses marques au sein du groupe pro lors des préparatifs de la saison, jusqu’à mériter le poste de titulaire notamment lors du dernier match amical disputé contre la formation espagnole de Bilbao. Pourtant, le jeune international français U19 était loin de s’imaginer chez les pros, en fin de saison dernière. « La saison prochaine (2012-2013) sera très importante pour moi (en fait, elles le seront toutes dorénavant) car je viens de signer mon premier contrat stagiaire pro et mon but sera d’être titulaire et bon en CFA2. Après, si je suis régulier et physiquement bien, j’aurai peut-être l’occasion de faire quelques apparitions en première, mais je ne veux surtout pas brûler les étapes. Aussi, ma principale préoccupation sera la CFA2 et continuer à apprendre » analysait  t-il en fin de  saison passée. Mais les choses sont allées très vite entre l’autre saison et la nouvelle et voilà Jordan Amavi, titulaire en équipe première de l’OGC Nice.

Le joueur qui dit avoir pour championnat préféré, la Premier League anglaise, adore par contre le Barça comme club de son cœur. J’aime le Barça « pour le jeu, sobre, simple et efficace. C’est ça le foot », confie t-il. Pas non plus surprenant que son idole ne se nomme Lionel Messi, « pour les même raisons ».

« Porter le maillot bleu, ça fait vraiment quelque chose… »

Comme en club, Jordan AMAVI marque aussi des points en sélections de jeunes françaises. De la sélection U18, il est maintenant chez les U19 et pourrait très probablement monté en U20, s’il fait ses preuves en Ligue 1. Une expérience internationale qu’il savoure. « Le mois dernier en Finlande avec les U18 on était cinq de l’OGC et j’avais déjà croisé certains autres. L’ambiance a été super dans le groupe et on a gagné deux fois. C’était une très bonne expérience et j’espère qu’il y en aura d’autres. En tout cas, émotionnellement, ce n’est pas comme gagner une Gambardella mais porter le maillot bleu, ça fait vraiment quelque chose. J’essaierai de ne jamais l’oublier », a-t-il dit.

Ce qui ne devrait pas empêcher les autorités du football togolais, de garder un œil sur cette pépite, qui évolue à un poste où le Togo a de tous temps eu des problèmes avant l’avènement d’un certain jeune et non moins prometteur Djene Dakonam.

Source : Globalsport-togo




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L’ONG 2AD en campagne de sensibilisation

Le « Gwéta » pour « dribler les jaloux »