Tanko Timati

L’Union africaine a clos son 32e sommet ce lundi 11 février à Addis-Abeba. Le Président togolais Faure E. Gnassingbe était représenté au cours cette conférence panafricaine par son ministre des affaires étrangères, Prof Robert Dussey. C’est ce dernier qui a fait la présentation ce lundi du rapport d’évaluation sur la mise en œuvre du Marché unique de transport aérien en Afrique (Mutaa).

Il y a un (1) an, le chef de l’Etat togolais avait été désigné champion de l’aérien africain et s’était vu confier le processus d’exécution du projet porteur du Mutaa qui est devenu une réalité 20 ans après l’adoption de la décision de Yamoussoukro sur la libéralisation du transport aérien.

Idée de Cadeau pour la Pâques

Il en ressort de ce rapport que, soixante (60) ans après les indépendances, la part des compagnies africaines ne représente que 3 % environ du marché aérien mondial. Même dans l’espace aérien africain, une grande partie du trafic aérien est assurée par des compagnies étrangères. Malgré les performances réalisées par les compagnies africaines telles que Asky, Ethiopian Airlines, Egypt Air ou Air Côte d’Ivoire une grande marge de croissance existe encore .

32e, Sommet, UA, MUTAA, Togo, Robert Dussey, lundi 11 février, Faure E Gnassingbé,
Prof Robert Dussey au Sommet de l’UA

Il s’agit donc à travers ce processus de mise en œuvre du Mutaa de permettre aux compagnies africaines d’avoir une place prépondérante sur le marché africain ; de réduire les coûts des obstacles réglementaires à l’interconnexion des villes ; l’harmonisation des accords sur les services aériens entre les Etats ; le renforcement des capacités des Etats membres et des cellules ; et enfin, le renforcement de l’agence d’exécution, a laissé entendre Prof Dussey.

En dépit des obstacles rencontrés, dans la mise en œuvre de ce marché, les actions menées par le président de la République, en collaboration avec la commission de l’Union africaine et d’autres parties prenantes du secteur de l’aviation, ont porté essentiellement sur le plaidoyer pour que tous les Etats membres rejoignent le marché.

S’agissant de l’adhésion du marché africain, il convient de mentionner que 28 Etats membres ont à ce jour signé l’engagement solennel à en être membre. Il s’agit du Bénin, du Burkina Faso, du Botswana, du Cap Vert, du Cameroun, de la République Centrafricaine, de la République du Congo, de la Côte d’Ivoire, du Tchad, de l’Egypte, de l’Ethiopie, du Gabon, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée, du Kenya, du Lesotho, du Liberia, du Mali, du Mozambique, du Niger, du Nigeria, du Rwanda, de la Sierra Leone, de l’Afrique du Sud, l’Eswatini, du Zimbabwe et du Togo, nous apprend le rapport.

Le ministre, au nom du Président, a félicité les Etats qui ont déjà pris part à cette initiative et a appelé les 27 autres Etats membres de l’UA qui n’ont pas encore rejoint le marché unique à accomplir cette importante formalité.

Dans cette optique, le président de la République Togolaise s’est proposé d’intensifier les relations de sensibilisation auprès de ces Etats afin de leur permettre d’adhérer au marché unique et d’atteindre à la fin de cette année 2019, 40 membres et 55 membres d’ici 2021.

Par ailleurs, il faut signifier que 16 pays ont signé un mémorandum pour harmoniser leurs accords bilatéraux dans le cadre du Mutaa. En outre, 10 autres Etats membre ont signé de nouveaux accords bilatéraux sur les services aériens conformes à la décision de Yamoussoukro.

Pour ce qui est de la mobilisation de ressources, du renforcement des capacités de l’agence d’exécution du Marché unique du transport aérien africain, il faut noter l’élaboration d’un plan d’action prioritaire pour le Mutaa au titre de la période 2018-2019.

On note également que dans le cadre de l’exécution de ce mandat, le président de la République togolaise, le président Faure Gnassingbé s’est employé à placer l’agenda de Yamoussoukro qui est relatif à la résolution des problèmes du secteur de transport en Afrique au cœur de cette activité en vue de permettre au continent africain de faire face à la concurrence déloyale des principales compagnies aériennes mondiales.