Nouvel outil informatique pour mieux détecter un cancer du poumon

Un nouveau logiciel informatique permet de déterminer à 90% si des lésions ou des tâches pulmonaires sont bénignes ou cancéreuses chez des sujets à risque élevé de développer un cancer du poumon, selon une recherche canadienne publiée aux Etats-Unis.
Les résultats de cette étude, publiée mercredi et qui s’appuie sur la tomodensitométrie, une technique d’imagerie médicale en 3D assistée par ordinateur, devraient permettent d’améliorer le dépistage du cancer du poumon et son traitement.

“Ce logiciel aura un impact clinique immédiat”, juge le Dr Stephen Lam, professeur de médecine à l’Université de Colombie-Britannique (Canada), principal auteur de ces travaux parus dans le New England Journal of Medicine du 5 septembre.
“Nous savons déjà que le dépistage par tomodensitométrie sauve des vies, et désormais nous avons la preuve que notre logiciel peut prédire avec exactitude lesquelles des anomalies détectées par un premier scanner sont cancéreuses ou bénignes”, évitant d’autres tests comme une biopsie ou une chirurgie, explique-t-il.
Les chercheurs se sont appuyés sur deux séries de données pour développer ce logiciel, provenant de 12.029 lésions pulmonaires chez 2.961 fumeurs ou anciens fumeurs âgés de 50 à 75 ans et ayant déjà subi un dépistage.
Dans un premier groupe de 1.871 participants soumis à des tests entre 2008 et 2010, un total de 7.008 lésions ont été détectées dont 102 étaient cancéreuses.
Dans le second groupe de 1.090 personnes, 5.021 lésions ont été découvertes dont 42 étaient malignes. Cette dernière étude a été menée de 2000 à 2010 dans le cadre de campagnes de prévention du cancer du poumon de l’Agence du cancer de Colombie-Britannique.
Les participants ont été suivis en moyenne durant trois ans dans le premier groupe et huit ans et demi dans le second.
Cette recherche a permis également de montrer que les lésions situées dans les lobes supérieurs du poumon ont une plus grande probabilité d’être cancéreuses.
Les auteurs ont aussi constaté que le fait de trouver moins de lésions accroissait nettement les chances qu’elles soient malignes.
Le cancer du poumon, qui résulte surtout du tabagisme, est la première cause de mortalité par cancer dans le monde avec 1,2 million de nouveaux cas par an, dont la grande majorité chez les hommes.

Source :AFP

Plus d'articles
Apple met en garde contre le principal risque de ses iPhone 12 pour la santé