> >

Une lampe de poche alimentée grâce à la chaleur de la main

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Du haut de ses 15 ans, c’est la jeune canadienne Ann Makosinski, gagnante du Google Science Fair, qui a inventé cette lampe de poche présentant la particularité de s’alimenter grâce à la chaleur de la main. Baptisée « Hollow Flashlight » (comprenez « lampe creuse ») du fait de son fonctionnement, celui-ci repose sur l’effet Peltier, que l’on connaît également sous le nom d’effet thermoélectrique. Cet effet permet la génération d’une énergie grâce au déplacement de chaleur lorsque deux matériaux conducteurs de température opposée se rapprochent.

La lampe intègre ainsi plusieurs paires de métaux prises en sandwich entre deux plaques de céramique, placés de façon à ce que la paume de la main réchauffe une face et que l’air ambiant qui circule dans cette « lampe creuse » refroidisse l’autre face de ces composants. La différence de température produit ainsi suffisamment d’énergie pour générer de la lumière.

Ann Makosinski a commencé ses recherches à l’âge de 10 ans en participant à des concours d’inventions. Elle déclare avoir choisi d’utiliser cette énergie au moment où elle a découvert sur internet que « nous sommes des ampoules de 100 Watts vivantes ». De plus, l’histoire d’une amie vivant aux Philippines et ayant abandonné l’école car n’arrivant pas à travailler dès qu’il faisait nuit, l’a d’autant plus motivée.

Cette invention permet d’ouvrir les yeux sur une technologie trop peu utilisée, pour laquelle nous pourrions pourtant imaginer bien des applications: pour les personnes n’ayant pas accès à l’électricité, pour l’alimentation de smartphones ou autres appareils électriques portables par exemple. Ann Makosinski l’imagine même sous les sièges d’une salle de classe afin d’éclairer l’école ou encore dans des appareils médicaux sans fil.

Cédric DEPOND

2021 © L-FRII MEDIA