in ,

Accusation de pédophilie : une victoire pour Michael Jackson

Le roi de la Pop, Michael Jackson, plus de dix (10) ans après son décès, continue d’être au centre des accusations de pédophilie portées à son endroit par des personnes qui estiment avoir été abusées.

Mais l’une des victimes présumées de Michael Jackson vient d’être déboutée par la justice américaine sur l’un des volets de cette affaire de pédocriminalité. En procès contre les entreprises MJJ Productions et MJJ Venture Inc., qu’il estimait habilité à surveiller le comportement de la star planétaire durant les années 1990, James Safechuck avait témoigné dans le documentaire Leaving Neverland , racontant les abus sexuels qu’il aurait subis durant son enfance.

Rejetée en 2014, sa plainte a été acceptée cet été, après la promulgation d’une loi qui rallongeait le délai de prescription pour les actes pédophiles en Californie.

Mais le juge en charge du dossier vient d’estimer que les salariés des entreprises de Michael Jackson n’avaient pas à superviser les agissements de leur propre patron, l’un des arguments clés de l’accusation.

«Le jeune Jimmy Safechuck était employé par cette société et s’amusait avec Michael Jackson. L’idée que cette société et ses employés n’auraient pas le devoir de le protéger et de veiller à sa sécurité est ridicule», a réagi Vince Finaldi dans TMZ , l’avocat du plaignant, annonçant que la victime présumée allait faire appel.

Dans Leaving Neverland, James Safechuck assure avoir été abusé une centaine de fois par l’interprète de Thriller entre 1988 et 1992, notamment lorsqu’il tournait avec lui une publicité pour la marque Pepsi.

Il y décrit la star, décédée en 2009, comme un prédateur et un manipulateur pervers. Visé par une dizaine de plaintes du même type en 2003, le chanteur avait été acquitté deux ans plus tard, au terme d’un procès ultra-médiatisé.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Coronavirus : l’Agence du médicament refuse d’autoriser l’hydroxychloroquine

États-Unis : Biden promet un vaccin anti-Covid gratuit «pour tous» s’il est élu Président