Adebayor Sheyi : ''Ils vont avoir encore plus mal, car moi je vais danser jusqu'à mon dernier souffle
Crédit Photo : Togoweb

Adebayor : “Je suis juste un gamin (…)”

Loin des terrains de football depuis un moment, l’attaquant togolais Adebayor Sheyi arbore plus d’une trentaine de tatouages sur l’ensemble du corps. Avec pour chacun, une signification bien précise.

Beaucoup de ses tatouages font référence à son mode de vie et quelques-uns d’entre eux rendent hommage à sa brillante carrière. 

Dans une série de vidéos récemment postées par l’ex-attaquant du Real Madrid en story sur Instagram, il est revenu avec précision sur ses marques qu’il porte, donnant leurs significations bien précises.

En légende d’une de ses vidéos, Adebayor, qui, très fier de lui, ne s’est pas empêché d’écrire :Je suis juste un gamin qui a travaillé dur pour faire de son rêve une réalité”.

Emmanuel Adebayor fait ses débuts en junior au Togo au sein du club de son quartier, le Sporting Club de Lomé à Nyékonakpoé. Très tôt, il part en formation en France au FC Metz. En juin 2001, il permet à son club de remporter la Coupe nationale des moins de 17 ans face aux Girondins de Bordeaux (2-1) en marquant le second but.

Lancé à dix-sept ans en CDF par Albert Cartier  contre le FC Sochaux, c’est pourtant Gilbert Gress qui le titularise en Ligue 1 et qu’il émerge vraiment, où, lors de la saison 2002-2003, il inscrit treize buts.

Le FC Metz remonte en première division mais doit laisser partir le joueur pour des raisons financières. Ce dernier, malgré des contacts en Angleterre, rejoint l’AS Monaco. Il passe deux saisons et demi dans la principauté.

Lors de sa première saison à Monaco, il est barré par Dado Pršo et Fernando Morientes, ce qui ne lui laisse que très peu de temps de jeu. Il inscrit huit buts mais on lui reproche son manque d’efficacité à la concrétisation.

Il ne se montre guère plus prolifique la saison suivante, où il inscrit neuf buts en championnat et deux en Ligue des champions. Toutefois, ses qualités techniques et sa mobilité lui permettent de jouer davantage au sein d’une équipe moins performante en Ligue 1, et délestée de ses fers de lance de la saison précédente.

Lors de ses six derniers mois à Monaco, Adebayor ne marque qu’un but en championnat mais délivre quelques passes décisives, complétant son jeu. En janvier 2006, il part pour l’Angleterre, à Arsenal, où Arsène Wenger apprécie beaucoup ses qualités… La suite, on la connaît tous.


Phone Promo TG

Performances Ad

Togocom Kpevika
Plus d'articles
La femme, dont la photo a fait le buzz après qu’un ‘prophète’ ait été photographié enlevant ses sous-vêtements à l’église, a réagi