Affaire CAMES : après sa rétrogradation, la réaction du Prof Dandi Gnamou

Comme une traînée de poudre, l’information sur la sanction de certains enseignants par le CAMES a fait le tour des médias dans la matinée du lundi 03 juin 2019. Dans le rang des mis en cause cités, il y a Dandi Gnamou et Ibrahim Salami, tous deux enseignants dans les Universités Nationales du Bénin. Mais contactée par le journal Educ’Action, Dandi Gnamou dit ne pas être informée de cette sanction qui lui aurait été infligée.

Le professeur Dandi Gnamou n’est pas encore informée de la rétrogradation dont elle aurait fait objet de la part de la Commission d’Ethique et de Déontologie (CED) du CAMES. C’est ce qu’il convient de retenir des propos confiés à Educ’Action. Elle se montre surprise face à cette information qui visiblement ne lui a pas été encore notifiée. «J’avoue que je n’en sais rien. Je ne suis pas informée », a-t-elle déclaré.

Lire aussi : Affaire Cames : Bertrand Mbatchi se prononce enfin

Selon Dandi Gnamou, si le Conseil des ministres du CAMES tenu à Cotonou la semaine dernière a pris des sanctions à son encontre, elle devrait être informée conformément aux dispositions du Code d’éthique et de déontologie.

Prof Dandi Gnamou

« Ce que je peux vous dire, c’est que la semaine dernière s’est tenu le Conseil des ministres du CAMES. Et donc si une sanction doit être prise à mon encontre sur quelque dossier que ce soit, je suis censée être informée, car c’est bien dans le Code d’éthique et de déontologie. On doit pouvoir m’informer que je suis passible de sanctions pour que je puisse être effectivement sanctionnée. Je n’ai pas été informée et jusque-là, je ne suis pas au courant si ce n’est que des gens qui m’ont appelé. Certains m’ont appelé, certains m’ont envoyé des messages en étant scandalisés. »

Sur la question de savoir « qui devrait lui notifier cette décision du CAMES ? », Dandi Gnamou se montre confuse. « Je n’en sais vraiment rien en réalité parce que le Code ne le dit pas et tout ce qui a été dit dans le Code n’a pas été respecté. Donc je ne sais pas vraiment sur quelles règles je peux vous parler puisqu’il y a des règles qui sont prévues dans le Code d’éthique et de déontologie et que rien n’a été respecté. Donc, je ne saurais clairement vous dire que la notification relève de l’État ou du CAMES», a-t-elle déclaré.

Lire aussi : Togo : l’UNICEF recrute (5 juin 2019)

Avis par rapport aux faits…

Selon les informations reçues, il serait reproché à Dandi Gnamou d’avoir eu des manquements vis-à-vis du Code d’éthique et de déontologie. Il s’agirait d’une affaire de « fausse co-direction » dont la gestion a été contre les normes prévues en la matière. A en croire la mise en cause, elle n’a pas été écoutée sur les accusations portées contre elle.

Dandi Gnamou se demande donc comment on a pu la sanctionner sans lui permettre de s’expliquer ? « Est-ce que c’est au CAMES de me notifier une sanction sans m’avoir entendue sur les accusations, sans me demander de venir m’expliquer ? » se demande-t-elle.

Le Secrétaire général du CAMES qui intervenait sur la chaîne de télévision Sikka Tv, est revenu sur les sanctions infligées aux mis en cause. Dans l’ensemble, il informe que les concernés ont écopé de la plus lourde des sanctions conformément aux faits reprochés à chacun d’eux. « De manière globale, tous ont écopé de la plus grande sanction. Pour certains, c’est la rétrogradation, pour d’autres c’est la non-participation aux programmes pendant une durée maximale. », a-t-il précisé.

Avec Benin Web TV

Plus d'articles
Premier League : Chelsea sans pitié contre Crystal Palace