Affaire de la se3tape : Karim Benzema pose un lapin à Mathieu Valbuena

Le procès de «l’affaire de la sextape» s’est ouvert ce mercredi 20 octobre devant un tribunal de Versailles, près de Paris.

Karim Benzema, jugé pour complicité de tentative de chantage aux côtés de quatre autres prévenus, n’était pas présent au début de l’audience.

L’attaquant star de l’équipe de France a joué mardi soir en Ukraine avec son club du Real Madrid en Ligue des champions.

A l’inverse, le plaignant, son ancien coéquipier en sélection Mathieu Valbuena, était bien présent.

S’il a qualifié sur Instagram cette audience de « mascarade », en janvier, lors de son renvoi en correctionnelle, l’attaquant vedette des Bleus encourt une peine maximale de cinq ans de prison et de 75 000 euros d’amende.

L’ordonnance de renvoi, que Le Monde a consultée, retrace les étapes de cette histoire d’extorsion ratée qui a mis entre parenthèses la carrière internationale du Madrilène, avant son retour en équipe de France en mai, et mis un terme à celle de Mathieu Valbuena, la victime présumée.

Tout commence à l’été 2014, lorsque Mathieu Valbuena demande à Axel Angot, un Marseillais spécialisé dans la « conciergerie » pour footballeurs, de transférer ses données sur un nouveau téléphone.

C’est alors que M. Angot prend possession d’une vidéo tournée par le joueur lors d’une relation sexuelle avec une femme. Il songe à se servir de cette « sextape » pour régler une dette, comptant « sur la générosité de M. Valbuena », et espérant « au moins 25 000 euros ». M. Angot décide, au printemps 2015, de s’appuyer sur le Marseillais Mustapha Zouaoui, alias « Sata ». Lui aussi est endetté et gravite dans le microcosme du ballon rond.

Similaires