Affaire Pogba : comment Mathias Pogba a-t-il pu faire ses révélations sur Twitter alors qu’il est en détention ?

Mis en examen comme quatre autres suspects dans cette enquête, Mathias Pogba a relancé l’affaire Pogba avec la publication de nombreux messages et de plusieurs vidéos sur son compte Twitter dans la matinée du vendredi 23 septembre. Ces publications ont surpris car le frère de Paul Pogba se trouve en détention provisoire depuis le 17 septembre.

Dans l’un de ses tweets, Mathias Pogba avance une explication : “Si vous lisez ce message c’est que mon bot (robot informatique) aura fait son travail d’envoi automatique. Ça signifie aussi que je ne suis plus en liberté, soit du fait des hommes de main de mon frère, soit du fait de la police. Donc les plaintes calomnieuses pour me faire taire auront marché”.

Publier des messages de façon “automatique”, comme le décrit Mathias Pogba, est effectivement possible. Twitter permet de programmer la publication d’un message aux dates et heures souhaitées, sans qu’il soit nécessaire d’avoir son ordinateur ou son smartphone allumé. Des outils extérieurs à Twitter permettent aussi cette opération.

Mais dans le cas présent, il est indiqué que les tweets de Mathias Pogba ont été publiés à travers la plateforme web de Twitter qui peut être utilisée avec un ordinateur ou à travers le navigateur d’un appareil mobile (et non pas par les applications officielles sur ordinateur et smartphone ou par une application tierce). Pour la diffusion de ces vidéos, les tweets ont été enchaînés les uns après les autres. Sauf que la plateforme web… ne permet pas de programmer un fil de messages (ce qui est communément appelé thread).

Mathias Pogba peut dans ce cas avoir effectivement utilisé un “bot” pour envoyer ses messages automatiques, ce qui implique donc la configuration d’un script informatique. Mais un détail pose question : dans la plupart des fils publiés, les messages n’ont pas été mis en ligne à la même heure. À titre d’exemple, il y a six minutes d’écart entre la diffusion de la vidéo “11-A” et celle de la “15-B”.

Ce qui n’est pas censé survenir lors de la programmation de messages avec les outils de Twitter. Deux hypothèses sont dès lors envisageables : soit le “bot” a connu quelques lenteurs, ou bien ces tweets ont nécessité une intervention humaine pour être publiés.

Source : Rmcsport

Similaires