AfricTalents 2018 à Lomé, passer par la case du développement personnel pour gagner l’emploi voulu

Séance de coaching interactif avec le coach camerounais, André HOT

La tradition a pris corps depuis 20 ans et le Togo la perpétue depuis 4 ans déjà. Evénement initié par le cabinet international AfricSearch du Togolais Didier ACOUETEY, AfricTalents se veut une passerelle entre les entreprises tant togolaises qu’internationales et les diplômés, cadres locaux ou de la diaspora.

Une opportunité d’une part, pour les talents et les chercheurs d’emploi de se vendre, rencontrer des potentiels recruteurs ; et d’autre part pour les entreprises, de dénicher les talents susceptibles d’être employés. Après une édition de 2017 qui n’a pas pu tenir ses promesses et qui, selon le Directeur général d’AfricSearch-Togo, Serge Agbekponou, « (…) a été retardée par les évènements socio-politiques » que traversaient le pays depuis plusieurs mois, ce vendredi 4 mai 2018 semble avoir été le bon choix.

Et c’est le Centre de conférences d’Ecobank Transnational Incorporated (E.T.I.), comme lors des précédentes éditions qui abrite le rendez-vous. Mais cette année, AfricTalents s’offre un habillage plus posé et plus sélectif, contrairement aux agitations, longues files d’attente et pléthore de participants comme constatés lors des précédentes éditions.

Un nouveau format qui selon les organisateurs du forum, leur permettra de toucher directement du doigt, l’objectif visé.  « Les entreprises, qui viennent à AfricTalents, veulent, tout de suite, aller à l’essentiel. Donc, elles nous soumettent les profils qu’elles recherchent et nous, en tant que cabinet de recrutement, faisons un travail de présélection pour inviter les candidats qui y correspondent », a expliqué Mme Diane ANAWI, coordinatrice des forums AfricTalents.

Vue aérienne du stand de la plateforme ICDL au cours du forum AfricTalents

Au-delà du forum de recrutement, du coaching aux participants

Pour cette troisième édition à Lomé, AfricTalents se veut, non seulement un lieu d’échanges avec les recruteurs, mais aussi un cadre de coaching et de développement personnel des participants afin de les rendre plus compétitifs lors de leurs recherches d’emploi.

« Les quelques 1.800 candidats qui ont participé au salon en 2016 ont été invités à nouveau pour se faire coacher (…) et les aider à savoir se présenter au cours d’un entretien d’embauche, savoir rédiger un CV, convaincre un recruteur, etc. », a précisé Mme ANAWI.

Que ce soit sur la thématique portant sur la voix intérieure et l’intuition, de l’image professionnelle, de l’amélioration du CV pour le rendre plus vendeur ou encore l’éveil du leadership qui sommeille en chacun, les participants ont été entretenus par une douzaine de  coaches venus tant du Bénin, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun ou encore du Togo.

Une expérience qui réjouit plusieurs participants dont Alofa Yao G.T., économiste gestionnaire de formation, rencontré après des échanges au stand H&C. « Ce forum a mis en place des séances de coaching qui m’ont donné une vision claire de ma mission. Celle qui me permettra à la fois d’être heureux et gagner ma vie et pouvoir gérer la contradiction entre le diplôme que j’ai obtenu et mes propres compétences. »

Ce forum est, rappelons-le, organisé dans plusieurs villes d’Afrique et en France et constitue un rendez-vous annuel qui promeut les ressources humaines de qualité afin de les mettre véritablement au service du développement du continent.

Plus d'articles
Togo : Le Président Faure Gnassingbé est arrivé à Londres