Afrique de l’Est : une nouvelle tension sur la construction du barrage sur le Nil

La construction d’un puissant barrage pouvant remplacer 6 nucléaires, est en cours en Ethiopie sur le Nil. La portée du projet avait fait intervenir entre temps, la Russie sur des différends entre l’Egypte et l’Ethiopie sur le projet, mais les tensions viennent de reprendre.

La Russie s’interresse à la construction d’un barrage sur le Nil

En effet, l’Egypte s’est plainte auprès du Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies (ONU). Elle évoque le fait que la construction du barrage réduirait le courant du Nil, une principale source d’approvisionnement en eau potable dans son pays. 

Egypte : Abdel Fattah al-Sissi prêt à intervenir «directement» en Libye

Pour le ministre éthiopien des Affaires étrangères, Gedu Andargachew, « le problème du barrage peut être résolu ici au lieu de le porter au Conseil de sécurité de l’ONU. Nous pensons que ce n’est pas le mandat du Conseil de sécurité. Ce projet est un projet de développement. Le précédent que cela créerait pour le monde est très mauvais. Ce ne le sera pas non plus pour son mandat (du Conseil de sécurité). Cela peut également être considéré comme une ingérence dans les activités pacifiques d’une nation souveraine. Il n’est donc pas juste de le faire ».

Tourisme : Dubaï rouvrira le 7 juillet prochain ; voici les conditions d’accès

Par ailleurs, le ministre Andargachew rejette en bloc toutes les critiques égyptiennes contre ce projet de 4,6 milliards de dollars, pour créer le barrage hydroélectrique le plus puissant d’Afrique, sur le Nil bleu en Éthiopie. 

Plus d'articles
Togo : La COFTEL réunit des experts pour une meilleure couverture de la 5G