La justice sud-africaine a relaxé ce vendredi le fils de l’ancien président Jacob Zuma, Duduzane Zuma, qui était accusé d’homicide involontaire pour avoir provoqué un accident de la route qui avait fait deux morts il y cinq ans.

Lire aussi : [Urgent] Togo – Élections locales : les résultats définitifs dans les prochaines heures



Un tribunal de Johannesburg l’a déclaré non-coupable des charges retenues contre lui. « J’accepte l’argument de la défense selon lequel un homme raisonnable dans la situation de l’accusé n’aurait rien pu faire » pour éviter l’accident, a tranché le juge Tebogo Thaupaatlase.

Lire aussi : Mondial 2022 : le Togo devra passer par les préliminaires

En février 2014, le jeune homme, âgé de 35 ans aujourd’hui, avait percuté un minibus à Johannesburg au volant de sa Porsche. Une des passagères était morte sur le coup et une seconde avait succombé à l’hôpital des suites de ses blessures. Trois autres personnes avaient été blessées lors de la collision. Duduzane Zuma a toujours nié les charges retenues contre lui.

Lire aussi : R. Kelly arrêté ce jeudi pour crimes sexuels

L’affaire avait rapidement pris un tour politique après la décision initiale du parquet de ne pas poursuivre le fils du chef de l’Etat de l’époque. AfriForum, un groupe de pression connu pour défendre les intérêts de la minorité blanche du pays, avait toutefois obtenu la réouverture du dossier. « Je suis heureux que ce procès soit fini et que l’attitude de mon fils n’ait pas été jugée irresponsable », s’est réjoui Jacob Zuma, qui assistait vendredi à l’audience du tribunal.

Lire aussi : Affaire Ghosn : nouvelle perquisition au siège de Renault pour saisir du matériel informatique

Duduzane Zuma est mis en cause dans plusieurs affaires de corruption qui visent son père, notamment pour ses liens avec la sulfureuse fratrie d’hommes d’affaires Gupta. Jacob Zuma doit comparaître lundi devant la commission qui enquête sur les scandales survenus sous sa présidence (2009-2018).

Avec Le Figaro