La justice sud-africaine a ordonné ce vendredi que l’ex-président Zuma soit jugé pour corruption. Il est soupçonné d’avoir reçu des pots-de-vin du groupe de défense français Thales à la faveur d’un contrat d’armement conclu en 1999.

Renault : Après Carlos Ghosn, Thierry Bolloré sur le point d’être remplacé



“La demande […] d’abandonner les poursuites a été rejetée”, a déclaré le juge Willie Seriti de la Haute Cour de Pietermaritzburg (est).

“Il s’agit d’une décision unanime”, a-t-il précisé.

En conséquence, le procès de l’ancien président débutera mardi à Pietermaritzburg.

Jacob Zuma, au pouvoir de 2009 à 2018, avait demandé l’abandon des poursuites, s’estimant victime d’une “chasse aux sorcières”, lancée il y a vingt ans dans une rocambolesque affaire de ventes d’armes.

“Très lourd dossier”

Mais le parquet sud-africain avait défendu leur maintien, compte tenu du “très lourd dossier” retenu contre lui et au nom de “l’égalité” devant la loi.

“La demande du parquet […] est acceptée”, a déclaré vendredi le juge Seriti.

L’ancien chef de l’État est soupçonné d’avoir touché 4 millions de rands (245 000 euros au cours actuel) de pots-de-vin du groupe de défense Thales à la faveur d’un contrat d’armement de près de 4 milliards d’euros conclu en 1999.

Togo : le groupe NSIA recrute (10 octobre 2019)

Selon l’accusation, il a été rémunéré pour éviter à Thales des poursuites pour corruption, via son ami et conseiller financier Schabir Shaik, condamné pour sa participation à cette affaire à quinze ans de prison dès 2005.

Jacob Zuma et Thales ont toujours nié les allégations.

Englué dans de nombreux scandales, le président Zuma a été poussé à la démission en 2018 et remplacé par son vice-président Cyril Ramaphosa, qui a promis de nettoyer son parti et le pays de la corruption.

Avec AFP