in ,

Afrique du Sud : lourdes peines pour deux fermiers blancs meurtriers d’un adolescent noir

Pieter Doorewaard et Phillip Schutte attendent leur verdict, le 6 mars 2019 à Mahikeng. © Wikus DE WET / AFP

Deux fermiers blancs ont été condamnés mercredi en Afrique du Sud pour le meurtre d’un adolescent noir qu’ils soupçonnaient d’avoir volé des tournesols, un drame qui avait provoqué des émeutes dans la région reculée du Nord-Ouest, écrit jeuneafrique.com

Afrique du Sud lourdes peines pour deux fermiers blancs meurtriers d’un adolescent noir
Pieter Doorewaard et Phillip Schutte, le 6 mars 2019 à Mahikeng. © Wikus DE WET / AFP

Pieter Doorewaard, 28 ans, et Philip Schutte, 35 ans, ont été condamnés respectivement à 18 ans et 23 ans de prison pour le meurtre et l’enlèvement de l’adolescent. Les deux hommes ont échappé à la prison à perpétuité, car « il n’y avait pas d’intention directe de tuer » la victime et qu’il s’agissait de leur première condamnation par un tribunal, a précisé le juge.

Lire aussi: Décès de Karl Lagerfeld : la cause de sa mort révélée

Le 20 avril 2017, Pieter Doorewaard et Philip Schutte avaient surpris Matlhomola Mosweu (aussi épelé Moshoeu), 15 ans, en train, selon eux, de voler des plants près de la bourgade de Coligny (nord-ouest). L’adolescent est décédé, selon le tribunal, après avoir été jeté d’un véhicule conduit par les deux hommes, une chute qui lui a brisé le cou. Les deux fermiers ont eux toujours affirmé que l’adolescent avait sauté du camion alors qu’ils le conduisaient au commissariat de police.

Philip Schutte, a écopé de la peine la plus lourde, car il a été reconnu coupable d’avoir poussé le garçon.Selon un proche des condamnés, le pasteur Tewie Pieters, les deux hommes devraient faire appel du verdict. Un quart de siècle après la fin du régime de l’apartheid, qui a séparé pendant des décennies la majorité noire et la minorité blanche, les tensions raciales persistent en Afrique du Sud.

Lire aussi: Algérie/ 5e mandat : les anciens combattants se désolidarisent du Président Bouteflika

Les incidents à connotation raciste restent fréquents, notamment dans les zones rurales. Selon les autorités, la minorité blanche (8% de la population) possède 72% des fermes contre 4% seulement aux Noirs (80% de la population).



Saham Ad
Droits de l’Homme, Togo, examen périodique universel, EPU,

Togo/Renouvellement des membres de la CNDH : encore 5 jours pour postuler

Au Nigeria, il perd au loto et tue sa tante de 99 ans, prise pour responsable

Au Nigeria, il perd au loto et tue sa tante de 99 ans, prise pour responsable