Le président sud-africain a mandaté une mission dans des pays africains pour exprimer sa solidarité à la suite de la récente vague de violences xénophobes. Ceci est une démarche de relation publique explique le chef d’un groupe représentant les migrants africains en Afrique du Sud.

Lire aussi: RDC : l’ex ministre de la Santé devant la cour de cassation ce lundi



Selon une déclaration du bureau du président sud-africain, les émissaires, qui se rendront dans sept pays, dont le Nigeria, devront rassurer l’opinion “que l’Afrique du Sud est attachée aux idéaux d’unité et de solidarité panafricaine”.

Le Nigeria a notamment condamné sans ambage les troubles et attaques dont ont été victimes ses ressortissants.

Lire aussi: Liga : le Togolais Djene Dakonam et Getafe dans la zone rouge

Les violences récentes, qui ont commencé il y a quinze jours, rappelons-le, ont vu des magasins et des entreprises appartenant à des étrangers pris pour cible par des pillards. Douze personnes, dont deux ressortissants étrangers, sont morts dans les violences, selon les autorités.

La police a arrêté plus de 400 personnes soupçonnées d’être impliquées dans les troubles.

La délégation sud-africaine se rendra au Nigeria, au Niger, au Ghana, au Sénégal, en Tanzanie, en République démocratique du Congo et en Zambie.

Lire aussi: CPI : voici la décision de la procureure Fatou Bensouda

Mais une question demeure : pourquoi la délégation ne se rend pas au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi – les pays qui comptent le plus de migrants en Afrique du Sud ?