Alerte : plus d’incendies en Afrique centrale qu’en Amazonie

La gravité des incendies en Amazonie a provoqué un tollé mondial. Mais certains se demandent comment cela se compare au reste du monde, avec des résultats surprenants.

Les gens consultent les cartes de la NASA sur les incendies dans le monde entier à cause des incendies en Amazonie. Quand vous regardez la carte de dimanche, elle montre clairement qu’il y a plus d’incendies en Afrique centrale.

Sur une période de deux jours la semaine dernière, l’Angola a connu environ trois fois plus d’incendies que le Brésil, selon l’agence Bloomberg, d’après des données obtenues de Weather Source.

Les chiffres indiquent qu’il y a eu 6 902 incendies en Angola et 3 395 en République démocratique du Congo voisine, contre 2 127 incendies au Brésil.

 

Selon les informations de la NASA, les incendies en Afrique sont beaucoup plus intenses qu’au Brésil. Mais les célébrités et les présidents ne parlent pas. Je me demande pourquoi ? Où est la solidarité de la population ? Où est l’agitation mondiale ? Comme c’est étrange !

Lundi, M. Macron a annoncé que les dirigeants du G7 – le Canada, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Japon, le Royaume-Uni et les États-Unis – débloqueraient 22 millions de dollars (13 milliards de FCFA) pour aider à combattre les incendies dans la forêt amazonienne.

Mais il a ensuite attiré l’attention sur les incendies en Afrique. “La forêt brûle aussi en Afrique subsaharienne”, a-t-il tweeté. M. Macron a ajouté qu’il “envisageait la possibilité de lancer une initiative similaire” en Afrique subsaharienne à celle annoncée pour l’Amazonie.

 

Les éléments d’information essentiels que les cartes de la NASA ne montrent pas, s’il s’agit d’incendies de prairie ou de forêt et quelle est l’ampleur de ces incendies.

Les observateurs signalent des incendies similaires survenus il y a deux ans et qui, selon la Nasa, semblent avoir été allumés intentionnellement.

Il se pourrait que les agriculteurs aient coupé une partie de la végétation et mis le feu volontairement afin de défricher la terre pour planter des cultures.

Lire aussi: G7 : Macron s’engage à soutenir les femmes entrepreneuses d’Afrique

La technique agricole, connue sous le nom de brûlis, est controversée car les écologistes mettent en garde qu’elle peut conduire à la déforestation, à l’érosion des sols et à une perte de biodiversité.

Mais c’est le moyen le moins cher de défricher la terre. Il a l’avantage de tuer les parasites et les cendres fournissent des nutriments pour les cultures futures. Ainsi, les brûlis restent appréciés des agriculteurs.

Ces incendies sont fréquents chaque année avant la saison des pluies, qui devrait commencer en Angola et en République démocratique du Congo au cours du prochain mois environ. Cela pourrait expliquer en partie pourquoi les incendies n’ont pas attiré beaucoup d’attention.

Source: BBC

Togocom Night Gift

Togocom Night Gift
Plus d'articles
Togo/Justice : de nouveaux tribunaux de commerce à Lomé et à Kara