Alexandre Song : «Au Barça, je devenais millionnaire et je m’en fichais d’être…»

Du côté de Tourbillon, chacun se souvient du passage éclair d’Alexandre Song en Valais. Pourtant, lorsque Christian Constantin lui avait fait signer un contrat de deux ans au FC Sion, il était persuadé d’avoir amené un vrai leader capable de transcender ses coéquipiers dans son vestiaire.

Il est vrai que le passé de l’international Camerounais (49 sélections) parlait pour lui. Après des débuts au SC Bastia, Song s’est ensuite affirmé à Arsenal, avant d’être transféré pour 19 millions d’euros au grand FC Barcelone de Messi, XaviIniesta et Cie, en 2012. Un club catalan qu’il quittera définitivement, il avait été prêté à West Ham les deux dernières saisons de son contrat – quatre ans plus tard, par la petite porte, en ayant seulement disputé 39 matches de Liga et quelques autres en Ligue des champions. Avant de rebondir à Sion, Alex Song aura encore fait une pige décevante en Russie, au Rubin Kazan.

Aujourd’hui retraité, le demi-défensif Camerounais de 34 ans a lâché quelques succulentes confessions lors d’un chat sur Instagram avec son compatriote Pascal Siakam, basketteur aux Toronto Raptors en NBA. Lequel lui a demandé s’il est exact que tous ceux qui jouent au football à un haut niveau sont millionnaires au terme de leur carrière.

Avec sincérité, Alexandre Song lui a raconté quelques anecdotes sur ses passages à Arsenal et au FC Barcelone. « La plus grande partie des footballeurs vivent au-dessus de leurs moyens, commence-t-il. J’ai joué pour Arsenal durant huit ans, mais j’ai vraiment bien gagné ma vie seulement lors des quatre dernières. 

Au début, mon salaire hebdomadaire était de 15.000 euros, et j’en étais alors fier et heureux. Mais très vite, j’ai voulu avoir le même train de vie que les stars de l’équipe, m’acheter les mêmes choses qu’eux. À l’époque, Thierry Henry était mon idole, et lorsque je l’ai vu débarquer à l’entraînement avec une nouvelle et magnifique voiture, j’ai décidé de m’offrir la même. »

Pour l’acheter, Alexandre Song avoue avoir dû demander un crédit. « Mais après deux mois, je l’ai rendue au concessionnaire en lui disant que mon salaire suffisait juste à faire le plein et à entretenir la voiture. Pendant ces années passées à Arsenal, mon salaire hebdomadaire n’a jamais dépassé 100.000 euros, alors que tout le monde pensait que j’étais millionnaire. »

Une proposition impossible à refuser

Une frustration qui sera apaisée en 2012 lorsque le grand FC Barcelone fait appel à lui pour seconder BusquetsXavi et Iniesta dans l’entre jeu de l’équipe qui est alors en passe de devenir la meilleure de la planète. 

« Quand j’ai vu ce que me proposait Barcelone, je n’ai pas hésité une seconde en pensant d’abord que cet argent me permettrait d’offrir une vie tranquille à ma famille. Et cela même si, lors de l’une de nos premières entrevues , le directeur sportif du club m’avait d’emblée averti que je ne jouerais probablement pas beaucoup. Pour être sincère, je m’en fichais d’ailleurs complètement d’être sur le banc, car le fait d’être enfin millionnaire importait beaucoup plus que de jouer à mes yeux. »

Similaires