Algérie : le parti au pouvoir rejette l’idée de la conférence nationale sollicitée par Bouteflika

Le parti algérien au pouvoir, le Front de libération nationale, a abandonné dimanche l’idée de la conférence nationale sollicitée par le président Abdelaziz Bouteflika et a appelé à des élections présidentielles, a rapporté Anadolu.

Algérie, conférence nationale, Bouteflika, Hussein Khaldoun
Le algérien président Abdelaziz Bouteflika

« La conférence nationale est devenue inutile », a déclaré le porte-parole du parti, Hussein Khaldoun, au journal privé Al-Shorouq News. Il ajoute que « le parti demande aux autorités de choisir un comité électoral indépendant pour organiser l’élection présidentielle.

L’Algérie a été le théâtre de manifestations populaires à grande échelle appelant le président Bouteflika à se retirer et ne pas se présenter à l’élection prévue le mois prochain.

Le 11 mars, il a retiré sa candidature à un cinquième mandat présidentiel, reporté l’élection et annoncé la tenue d’une conférence nationale pour définir une nouvelle constitution avant la tenue d’une autre présidentielle anticipée.

Lire aussi Le Maroc exige des explications à l’Argentine après le forfait de Messi

L’opposition a rejeté les propositions de Bouteflika et a appelé à sa démission. Samedi, les partis les plus en vue ont proposé une feuille de route pour surmonter la crise, basée sur le choix d’une commission présidentielle pour remplacerBouteflika, dont le quatrième mandat se termine le 28 avril, ainsi que d’un gouvernement de consensus national et d’une commission électorale indépendante chargée de nouvelles élections.

Plus d'articles
Togo/Election présidentielle 2020 : le message de la CENI aux opérateurs de saisie