in

Algérie : méfiance autour du prochain référendum constitutionnel

Le 1er novembre prochain, les Algériens seront aux urnes pour se prononcer sur une nouvelle constitution qui sera « une avancée de la démocratie et des libertés » selon le Président Abdelmajid Tebbounne.

Par contre, « Personnellement, je ne pense pas pouvoir faire confiance à ce gouvernement qui n’a pas été élu et qui est illégal. Je n’ai pas confiance en ces prochaines élections, en ce référendum, donc je ne peux pas y participer. Je ne soutiens pas ce projet », a déclaré Ait Said Abdel Nour, un étudiant de 23 ans.

Cette nouvelle constitution serait un garde-fou contre des mesures autocratiques, selon le gouvernement. Et la Nouvelle République qui en naîtra serait une réponse au Hirak, un mouvement populaire contre le gouvernement, fortement réprimé ces derniers mois.

Cependant, ces intentions sont peu crédibles pour l’opposition, qui souhaite une réelle séparation des pouvoirs entre l’exécutif et le judiciaire.






Ad Banque Atlantique
Leave a Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

McKinsey & Co : plus de la moitié des PME européennes pourraient faire faillite dans les 12 mois

Brigitte Macron : cette photo qui lui porte préjudice