Alpha Blondy : la star se confie sur son premier concert international

De son vrai nom Koné Seydou, Alpha Blondy mène la barque du reggae africain depuis des décennies. Auréolé de ce succès planétaire, Jagger se remémore son premier concert à l’échelle internationale.

En 1983, la Côte d’Ivoire le reggae à la sauce ivoirienne avec la sortie de l’album Jah Glory d’Alpha Blondy. Le titre « Brigadier Sabari », chanté en dioula, connait un succès phénoménal. La star vient de réussir à habiller la musique de Bob Marley dans une tenue typiquement ivoirienne. Le jeune chanteur devient le porte-flambeau d’artistes soucieux d’apporter un nouveau souffle au showbiz local.

La même année, Alpha Blondy s’envole pour le Sénégal pour son premier concert au plan international. Près de 40 ans après, le père de Soukeina se rappelle ce fabuleux moment.

« 1983, les jeunes de Bondoukou sont venus à mon hôtel pour me voir et faire des photos… certains de vous se reconnaissent ? Après le concert c’était la course ! Nous avons foncé directement sur Dakar pour un concert au théâtre Daniel Sorano et au Stade Demba Diop. Mon premier concert international ! », a-t-il publié sur Facebook.

Alpha Blondy garde de « merveilleux souvenirs de cette première tournée avec une équipe de personnes formidables », dont feu Fulgence Kassy et Georges Kouakou.

De retour de ce mémorable concert au Sénégal, Alpha Blondy et sa bande prennent la route pour Banjul, la capitale gambienne. Sur le chemin, alors qu’il se trouve dans la voiture, le reggaeman ivoirien tombe sous le charme d’un musicien sénégalais. Il découvre l’identité du chanteur qui n’est autre que Youssou N’dour. « J’ai beaucoup aimé cette découverte », confie-t-il.

A 68 ans, Alpha Blondy, auteur de plus d’une dizaine d’albums tient encore la route. Le « koro national » continue de distiller de bonnes mélodies à ses fans du monde entier. Il demeure une légende de la musique née en Jamaïque.

Avec Afrique-sur7

Plus d'articles
Après le malaise de Fally Ipupa, Koffi Olomidé s’attaque aux “coupables”