in

Amnesty International : Twitter ne protégerait pas assez les femmes

Dans une analyse publiée ce mardi 22 septembre, Amnesty International estime que Twitter n’est pas un lieu sûr pour les femmes, les personnes vulnérables et ne respecte pas ses engagements.

Selon l’ONG, le réseau social “n’en fait toujours pas assez pour protéger les femmes contre les violences et les abus en ligne, malgré de multiples promesses”. Une situation qui entraverait “le droit des femmes à s’exprimer équitablement, librement et sans crainte” et serait liée à de nombreux abus, souvent cumulés et décuplés si ces dernières appartiennent en plus à des minorités.

Il y a deux ans, l’organisation avait déjà pointé du doigt le réseau social dans un premier rapport baptisé “Toxic Twitter”. Ce dernier proposait au réseau social dix recommandations destinées à le rendre plus transparent et plus sûr pour les personnes victimes de violences et de harcèlement, peu importe leur genre. 

Coronavirus : plus de 7 000 professionnels de santé morts, selon Amnesty International

 

Dans son rapport publié cette semaine, Amnesty International dresse un bilan négatif de la prise en compte de ces recommandations. Sur les dix points abordés par l’ONG, seul un a finalement été pris en compte par la plateforme. Cependant, Twitter affirme travailler activement sur six autres points abordés par Amnesty International en 2018.

Grenoble : La vidéo choc de dealers armés serait finalement celle d’un clip

 

Amnesty International salue ainsi les quelques efforts du réseau social, tout en l’appelant à en faire davantage, notamment au niveau de la transparence de ses données par pays. “Il est tout à fait dans ses cordes de mettre en place ces changements”, assure l’ONG. 

De son côté, Twitter a reconnu devoir en faire davantage pour protéger ses utilisateurs et utilisatrices, tout en s’opposant à la publication de données par région, qui pourrait “prêter à une mauvaise interprétation”.




Ad Nunyalab


Ad Nunyalab

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

États-Unis : le crash de l’avion du vice-président Mike Pence évité

Roi de Thaïlande : ces inquiétants colis envoyés à ses détracteurs