>

Antonio Guterres : “Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer climatique…”

Partager l'article

Facebook
Twitter
WhatsApp

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a averti que le monde se dirigeait rapidement vers un état de catastrophe écologique, tout en appelant à un pacte entre les pays les plus riches et les plus pauvres du monde pour accélérer la transition des combustibles fossiles vers les énergies renouvelables.

S’adressant aux pays réunis à l’ouverture du sommet COP27 en Égypte le lundi 7 novembre, Antonio Guterres a déclaré qu’ils étaient confrontés à un choix difficile : « Travailler ensemble maintenant pour réduire les émissions ou condamner les générations futures à une catastrophe climatique ».

Ce discours visait à donner un ton d’urgence alors que les gouvernements se réunissent pour 2 semaines de discussions sur la manière d’éviter les pires conséquences du changement climatique, et ce malgré les défis mondiaux actuels tels que la guerre de la Russie en Ukraine, l’inflation galopante des prix à la consommation et les pénuries d’énergie.

« L’humanité a un choix à faire : coopérer ou périr », a déclaré António Guterres aux délégués réunis dans la station balnéaire de Sharm el-Sheikh.

« Les deux plus grandes économies, les États-Unis et la Chine, ont la responsabilité particulière de joindre leurs efforts pour faire de ce pacte une réalité », a-t-il ajouté.

Antonio Guterres a demandé aux pays d’accepter d’éliminer progressivement l’utilisation du charbon, l’un des combustibles les plus intensifs en carbone, d’ici 2040 à l’échelle mondiale, les membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques atteignant ce but d’ici 2030.

« Les émissions de gaz à effet de serre ne cessent d’augmenter. Les températures mondiales continuent d’augmenter. Et notre planète se rapproche rapidement des points de basculement qui rendront le chaos climatique irréversible », a-t-il déclaré. « Nous sommes sur une autoroute vers l’enfer climatique avec le pied sur l’accélérateur ».

Les signataires de l’accord de Paris sur le climat de 2015 se sont engagés à atteindre un objectif à long terme consistant à empêcher les températures mondiales d’augmenter de plus de 1,5°C par rapport aux niveaux préindustriels.