in ,

Après TikTok, d’autres applications chinoises dans le viseur des Etats-Unis

Après TikTok, accusé par Donald Trump de récolter des données pour le gouvernement chinois, d’autres applications pourraient être dans le viseur de Washington pour une prochaine interdiction, au nom de la sécurité nationale.

Le Vatican victime d’une cyberattaque, des hackers chinois suspectés

On compte dans la liste, le réseau social WeChat qui propose divers services, la messagerie ou encore la commande de repas à domicile, en passant par un service de paiement. Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a affirmé que son administration envisageait d’interdire cette application, comme l’a déjà fait le gouvernement indien.

Dans le collimateur des autorités américaines, il y a également le moteur de recherche Baidu, concurrent asiatique de Google, puis Weibo, l’équivalent chinois de Twitter et aussi AliExpress, l’application du géant chinois de la vente en ligne Alibaba. Sans oublier tous les logiciels de reconnaissance faciale. 

« WhatsApp n’est pas créé pour s’insulter », dit Idriss Déby

Les géants technologiques BATX concurrents des GAFA américains vont être refrénés dans leurs conquêtes du marché mondial si Washington met ses menaces à exécution.

Déjà, une étude publiée ce mardi 4 août par le groupe de médias Hurun, révèle que Pékin surpasse la Silicon Valley en nombre de « licornes », ces jeunes entreprises à forte croissance et valorisées à plus d’un milliard de dollars. Pékin compte désormais 93 licornes, alors que San Francisco, basée dans la Silicon Valley, en comptabilise seulement 68. Shanghai arrive en troisième position avec 47 licornes.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Nigeria / Situation sécuritaire : le président Buhari convoque l’état-major au complet

Foot : plusieurs joueurs de l’Ajax testés positifs au Covid-19