in ,

Après TikTok, Donald Trump pourrait s’attaquer à Alibaba

Jusqu’où ira Donald Trump dans sa guerre commerciale contre la Chine ? Après Huawei et TikTok qui ont vu leurs activités baisser aux Etats-Unis, le géant chinois du e-commerce Alibaba de Jack Ma pourrait aussi être dans le collimateur du 45e président américain, notent des observateurs des relations sino-américaines.

Entretien d’embauche : Les femmes noires aux cheveux naturels ont moins de chances de décrocher un boulot

« Nous sommes dans un changement de paradigme, et la géopolitique connaît actuellement une transformation historique », indique Alex Capri, chercheur à la Fondation Hinrich et maître de conférences à l’Université nationale de Singapour. Les fonctionnaires de Washington lancent « davantage d’accusations » contre les entreprises technologiques chinoises, ce qui « indique que l’administration cherche vraiment à découpler » l’industrie technologique, a-t-il ajouté.



Contrairement à ByteDance ou Huawei, dont l’expansion mondiale a été freinée après que Washington l’ait coupée de la technologie américaine et qui cherchent des solutions telles que la vente de leurs branches internationales, Alibaba n’a pas eu beaucoup de succès dans son expansion sur les marchés occidentaux. Mais le fait qu’il s’agisse d’un champion national de la technologie en Chine pourrait être une raison suffisante pour que Washington le vise, selon M. Capri.

Canada : programme de bourses d’étude de la présidence de l’Université de Calgary

Alibaba n’a pas encore été menacée de sanctions du même type que celles que le président américain Donald Trump a proposées ou imposées à d’autres entreprises technologiques chinoises. Et Trump a même parlé avec affection du fondateur de l’entreprise, Jack Ma, le qualifiant « d’ami à moi » au début de l’année après que le milliardaire chinois eut déclaré qu’il ferait don de fournitures pour lutter contre la pandémie de coronavirus.

Mais l’entreprise est dans l’esprit des responsables américains. Le secrétaire d’État Mike Pompeo a fait allusion au nom d’Alibaba la semaine dernière lorsqu’il a exhorté les entreprises américaines à retirer de leurs réseaux numériques les technologies chinoises « non fiables ».

Washington veut protéger « les informations personnelles les plus sensibles des Américains et la propriété intellectuelle la plus précieuse de nos entreprises, y compris la recherche sur le vaccin Covid, contre l’accès à des systèmes basés sur le cloud gérés par des entreprises » telles qu’Alibaba et Tencent, entre autres, a déclaré M. Pompeo à l’époque.

Les sociétés multinationales sont « choisies comme des champions nationaux pour leurs actifs stratégiques et sont mises à profit … qu’elles le veuillent ou non », a déclaré M. Capri.

Instagram fusionne avec Facebook Messenger

Des sociétés comme Alibaba ont été « élevées dans un environnement entièrement protégé en Chine, qui était fermé aux concurrents étrangers et elles ont capturé des parts de marché sans avoir à concurrencer les sociétés étrangères », a déclaré M. Capri. « Maintenant qu’elles s’aventurent à l’extérieur et qu’elles veulent être compétitives sur des marchés ouverts, elles font face à un contrecoup ».

Un large filet

Alibaba, qui n’a pas répondu aux demandes de commentaires pour cette situation, exploite des plateformes de commerce électronique très populaires, disponibles pour la plupart en Chine et sur d’autres marchés d’Asie du Sud-Est. Elle a également lancé Alipay, l’une des applications de paiement les plus dominantes en Chine, avec WeChat Pay de Tencent.

Didier Drogba à la FIF : débat houleux entre Samuel Eto’o et Pierre Ménès

Toute action de Washington n’affecterait probablement pas le commerce électronique et le commerce de détail de la société en Chine, qui représente près de 80 % des 509,7 milliards de yuans (73,5 milliards de dollars) de revenus annuels d’Alibaba. Selon son bilan financier, les recettes internationales de vente au détail et en gros représentent 7 % du chiffre d’affaires total de l’entreprise. Et même les sanctions sur les activités d’Alibaba dans le secteur du cloud computing aux États-Unis seraient minimes. Les services dans le cloud, qu’Alibaba ne répartit pas par région, représentent moins de 10 % de son chiffre d’affaires total.

Mais le décret de la semaine dernière contre WeChat indique que Washington pourrait se préparer à élargir son filet de contrôle.

« S’ils font une telle chose avec Alibaba, ce serait aussi un coup dur », a-t-il déclaré. Alibaba a de très importantes opérations de cloud computing en Chine et « a besoin de semi-conducteurs et de logiciels américains pour poursuivre ces opérations », a-t-il déclaré.

Juventus : Cristiano Ronaldo manœuvre pour Benzema, frayeur au Real Madrid

Et même si Alibaba génère peu de revenus des États-Unis, le pays reste un marché important car il lui permet de développer une base de prospects internationaux non négligeable qui facilitera son développement mondial. L’année dernière, la société a ouvert son activité de commerce électronique aux petites entreprises américaines et a lancé pour la première fois une version en langue anglaise de sa plateforme Tmall, cherchant à doubler le nombre de marques étrangères sur Tmall pour atteindre 40 000 en trois ans et ainsi mieux optimiser sa gestion de clients potentiels étrangers. De nombreuses grandes entreprises américaines vendent déjà des produits sur Tmall, notamment Apple, Nike et Johnson & Johnson.

Avec CNNBusiness.com et JobPhoning




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prince William : ces révélations explosives des Sussex difficiles à digérer

Émirats arabes unis : des chiens pour tester les voyageurs au Covid-19 dans les aéroports