Selon une nouvelle loi qui est entrée en vigueur le dimanche 6 janvier 2019, les tribunaux saoudiens notifieront désormais aux femmes leur divorce par SMS. Ils doivent avertir par un texto les femmes qui ne sont plus mariées en les informant de leur changement de statut marital.

Arabie Saoudite : le divorce par SMS désormais légalisé
Image d’illustration

La mesure approuvée par le ministère de la Justice a pour objectif de mettre fin aux cas répandus d’hommes mettant fin secrètement au mariage sans en informer leur épouse.



« Les femmes… seront informées de tout changement concernant leur statut matrimonial par SMS », a déclaré le ministère de la Justice dans un communiqué diffusé par la chaîne d’information publique Al-Ekhbariya et d’autres médias locaux.

« Les femmes dans le royaume pourront consulter des documents relatifs à la résiliation de leur contrat de mariage sur le site web du ministère », a-t-il précisé.

Cette mesure intervient alors que le prince héritier Mohammed ben Salman a lancé une campagne de libéralisation dans ce pays ultra-conservateur, où les femmes sont soumises à certaines des restrictions les plus sévères au monde.

En juin 2018, les femmes ont été autorisées à conduire pour la première fois depuis des décennies. Le pays a également permis aux femmes d’entrer dans les stades, qui étaient auparavant réservés aux hommes.

Mais, parallèlement aux réformes, le royaume a connu une vague d’arrestations de militantes au cours des derniers mois, alors qu’il intensifie la répression de la dissidence.

Le pays fait également l’objet de critiques à l’égard de son système de tutelle masculine, qui permet aux hommes d’exercer une autorité arbitraire pour prendre des décisions au nom de leurs proches féminines.

Dimanche, une Saoudienne de 18 ans détenue à l’aéroport de Bangkok a déclaré qu’elle serait tuée si elle était rapatriée par les autorités thaïlandaises de l’immigration.

Plaidant sa cause sur Twitter, la femme – qui voulait demander l’asile en Australie – a dit qu’elle essayait de fuir sa famille, qui l’a soumise à des violences physiques et psychologiques.