Ariel Sheney : “Je n’avais que 500 Fcfa en poche à mon arrivée au Togo. J’ai passé 3 nuits au marché…”

L’artiste ivoirien Ariel Sheney n’a pas toujours vu la vie en rose. Alors qu’il était en prestation, l’ex-protégé de Dj Arafat, a décidé de raconter une partie de sa vie, étant plus jeune.

Selon l’auteur du titre à succès Amina, sa passion de faire la musique lui a créé des problèmes, au point d’être renvoyé de la maison familiale. C’est ainsi qu’il décida par la suite d’apprendre à jouer du piano. Grâce à ses compétences, il intègre rapidement un groupe de musicien dans son pays et était rémunéré pour son travail.

Seulement, des événements troublants se seraient produits par la suite en Côte d’Ivoire, et auraient eu des répercussions sur l’économie du pays. Une situation qui a obligé Ariel Sheney à rejoindre le Togo, dans la recherche du bien-être. Toutefois, les choses ne se seraient pas passées comme prévu après son arrivée sur terre étrangère.

“J’ai atterri à la gare de Lomé, moi Ariel Sheney, un gros garçon poilu, avec une pièce de 500 Fcfa dans ma poche. C’était dur. Pendant 3 jours, j’ai dormi au marché. Ce que je vous dis est une réalité. En tant que garçon, je me suis levé et je me suis dit ‘foutaise’, je dois avancer. J’ai commencé par jouer encore une fois au piano dans les coins et bars de Lomé. Petit à Petit, je m’en sortais. En tout cas pour moi Ariel Sheney, ce n’est pas ici ça a commencé, c’est à Lomé”.

L’artiste a également raconté comment s’est fait la rencontre entre lui et feu Dj Arafat.

“Un jour on m’apprend qu’il y a un grand concert à Lomé. On dit que c’est Yorobo, c’est lui qui vient là-bas. C’était comme être dans un désert et tu apprends que quelqu’un passait avec une bouteille d’eau. Comme Dieu ne dort pas, l’hôtel dans lequel il séjournait, était le même dans lequel je jouais au piano pendant que d’autres mangeaient. C’est comme ça qu’un jour, Yoro (Arafat) m’a vu et m’a demandé de rentrer en Côte d’Ivoire. Ce que j’ai fait. Mais j’ai encore passé une année entière sans le voir, puisqu’il était un homme occupé. Finalement, on s’est rencontré et il m’a accompagné dans son studio et m’a dit : ‘Fait ce que tu veux’ et voyez-vous? J’ai fait ce que j’ai toujours voulu”.

Plus d'articles
Un avion de Brussels Airlines contraint de faire demi-tour en plein vol