Arrêté pour avoir gardé un produit livré par erreur par Amazon

Un client d’Amazon ayant reçu un téléviseur par erreur a cru bon de le conserver sans rien dire, désormais, c’est entre les mains de la justice que l’affaire est portée.

Amazon et les livraisons

Chez Amazon, la livraison est au cœur du modèle économique. L’entreprise se targue de pouvoir livrer rapidement, de façon efficace dans de nombreux pays. Elle ne recule pas devant l’innovation pour parvenir à ses fins comme avec le robot autonome Scout ou avec des méthodes visant à vous faire ouvrir votre porte en votre absence.

Mais parfois, tout ne se passe pas comme prévu. C’est notamment le cas pour cet homme dans le Massachusetts aux États-Unis, qui a été arrêté lundi dernier chez lui. Son tort ? Ne pas avoir rendu un écran plat qu’il avait reçu par erreur de la part d’Amazon. L’homme pourrait désormais finir en prison.

Selon ses explications, il avait commandé un écran de 74 pouces mais il a aussi reçu un écran de 86 pouces, un 4K HDR Smart LED TV de LG pour les amateurs. Une livraison effectuée par un autre service.

Quelle responsabilité pour le client ?

Dans ce cas, la ligne de défense de l’homme est simple, il explique avoir regardé du côté de la loi et décidé de garder les deux écrans de télévision. Il explique même avoir parlé avec un porte-parole d’Amazon qui lui aurait dit qu’il n’avait rien fait de mal.

Toutefois, une réclamation aurait été faite pour récupérer la télévision de la part du service tierce de livraison. Sans qu’il n’accepte de s’y plier. Ce sont donc les forces de l’ordre qui ont été forcées d’intervenir. Le débat est de savoir s’il a signé pour recevoir la télévision. L’homme dit que non et la législation américaine explique que les clients ont le droit de garder les produits reçus par erreur. Mais l’entreprise de livraison dit bien sûr le contraire, et argue qu’il aurait signé le bon de livraison.

En France ? Le code de la consommation indique que l’on ne peut pas vous forcer à renvoyer un produit ou exiger son paiement à posteriori (Article L122-3). Mais pour le cas d’une erreur de bonne foi, c’est article 1376 du code civil qui s’applique et vous ne devriez pas pouvoir garder le produit.

Avec Presse-Citron

Plus d'articles
Une araignée vivante tisse sa toile dans l’oreille d’une femme (vidéo)