in

“Assassin”, “Suicide-toi”, “Dégage” : le calvaire d’une femme handicapée, soupçonnée d’avoir contracté le coronavirus

Après son passage à l’hôpital, du à une maladie chronique inflammatoire des bronches probablement déclenchée par le coronavirus, une bretonne qui vit dans un logement social avec son conjoint à Quiberon est très mal vue par ses voisins.

Une infirmière retrouve sa cambrioleuse aux urgences de l’hôpital

La trentenaire a passé deux jours à l’hôpital de Vannes début avril avant de rentrer chez elle. Tous ses voisins étaient présents lorsque l’ambulance était venue la chercher. “Tous les voisins sont au courant, puisque j’ai été prise en charge à mon domicile par des ambulanciers habillés en cosmonautes”, explique la Bretonne de 36 ans au Télégramme.

David Beckham fait une surprise à un fan atteint du cancer

Quelques jours après être rentrée de l’hôpital, elle a découvert une affiche dans son immeuble. “Puisque nous vivons en bons voisins, nous demandons aux personnes ayant une suspicion de covid-19 ou l’ayant déclaré de ne pas toucher les poignées de porte et les rambardes”. Malheureusement, étant handicapée, il lui est difficile de respecter cette recommandation.

« Mon enfant ne sera pas baptisé par un Noir », un prêtre nigérian menacé de mort en Allemagne

 

Depuis, la jeune femme reçoit des mots d’insultes. “Assassins”, “Suicide-toi”, “Dégage”: Ces mots ont même été écrits sur sa porte d’entrée. Elle est aussi prise en photo par ses voisins quand elle sort de chez elle pour se rendre à des rendez-vous médicaux.




Ad Banque Atlantique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Le parking d’un McDonald’s au Pays de Galles envahi par des moutons (photo)

Ronaldinho : l’ancien barcelonais s’exprime pour la 1ère fois depuis sa sortie de prison