163 dauphins, des adultes avec leurs petits ou des jeunes, se sont échoués sur la rive orientale de Boa Vista, une des îles qui forment l’Etat insulaire situé au large de l’Afrique de l’Ouest.

Lire aussi: Cameroun : le président Paul Biya annoncé en France

En fin de journée, malgré la mobilisation de défenseurs de l’environnement, de pompiers, d’habitants, et même de touristes étrangers, 136 dépouilles ont été dénombrées, laissant supposer qu’une partie des 163 cétacés avaient repris la mer, quitte à aller mourir ailleurs.

Real Madrid : Gareth Bale veut claquer la porte

Ces dauphins dits d’Electre ou péponocéphales, communs au large du Cap-Vert, étaient apparemment venus agoniser là dans la nuit.

Quant aux raisons de ce naufrage massif, « ça peut être dû à tellement de choses », déclare Katia Lopes, une coordinatrice de BIOS.

Lire aussi: Instagram retire une fonction qui permettait d’espionner en cachette ses amis

« Beaucoup de gens spéculent sur des activités de sonar » ou d’éventuels exercices militaires au large, poursuit-elle, en soulignant que ce sont des conjectures et que le chef du groupe peut aussi avoir été malade et avoir entraîné les autres dans sa perte.

Le Cap-Vert, comme d’autres régions du monde, est coutumier des échouages de mammifères marins. Leurs causes peuvent être multiples, expliquées ou non, d’origine humaine ou pas. « Autant que ça, c’est plus rare, mais c’est arrivé par le passé, comme en 2007, quand nous en avions eu plus de 200 de cette même espèce », rappelle Katia Lopes, une coordinatrice de BIOS.CV, l’ONG cap-verdienne qui a diffusé une partie des images.