L’implication de la star béninoise Angélique Kidjo pour l’autonomisation et le droit des femmes africaines n’est plus à démonter.


Lire aussi : Côte d’Ivoire : Rumeur de disparition du corps de DJ Arafat ; la réaction de la direction de la morgue

Elle vient de décrocher au sommet du G7 qui s’est tenu en début de semaine à Biarritz une enveloppe de 250 millions de dollars (plus 146 milliards de FCFA) en faveur des petites entrepreneuses africaines.

Lire aussi : Togo : le programme officiel des obsèques de Jimi Hope annoncé

Devant des leaders du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Italie, du Japon et du Royaume-Uni et des Etats-Unis, Angélique Kidjo a pris la parole en tant qu’ambassadrice pour défendre un projet de financement des femmes de la Banque africaine de développement intitulé Affirmative Finance Action for Women in Africa (Afawa). Ce fonds vise à aider les femmes à se lancer en affaires, puis à les aider à développer leurs activités.

« Les femmes africaines sont la colonne vertébrale du continent. Je suis heureuse de porter leur voix ici, au G7. L’initiative Afawa est déterminante pour notre continent », a plaidé l’artiste béninoise Angélique Kidjo.

Lire aussi : Chez le géant Mitsubishi Corporation, le président Faure Gnassingbé plaide pour le Togo

A l’issue des plaidoyers avec le président de la BAD, Akinwumi Adesina, les pays les plus industrialisés de la planète ont annoncé l’octroi de l’enveloppe de 250 millions de dollars sous forme de prêt à ce fonds.

« C’est un grand jour pour les femmes en Afrique, a affirmé le président de la Banque africaine de développement. Investir dans l’entrepreneuriat féminin en Afrique est un investissement fort de sens car les femmes ne sont pas seulement l’avenir de l’Afrique, elles sont le présent de l’Afrique ! »

Le programme Afawa a adopté une approche holistique reposant sur trois piliers. Le premier d’entre eux vise à améliorer l’accès des femmes au financement grâce à des instruments financiers innovants et adaptés, y compris des mécanismes de garantie pour soutenir les femmes entrepreneurs.

Lire aussi : Obsèques de Dj Arafat : le geste noble de Didier Drogba pour ses enfants

En collaboration avec des partenaires stratégiques, le deuxième pilier est axé sur la prestation de services de renforcement des capacités aux femmes entrepreneurs, y compris l’accès à des cours de mentorat et de formation en entrepreneuriat. Afawa aide également les institutions financières à répondre aux besoins spécifiques des entreprises dirigées par des femmes grâce à des produits financiers et non financiers adaptés.

Le troisième pilier se concentre sur l’amélioration de l’environnement juridique et réglementaire éliminer les obstacles spécifiques aux femmes en engageant un dialogue politique avec les gouvernements, les banques centrales et les autres autorités concernées.