Le tribunal de première instance de première classe de Cotonou a condamné vendredi 17 mai 2019 à la réclusion criminelle à perpétuité trois personnes mise en cause dans une affaire d’avortement volontaire suivi de mort.

Réclusion criminelle à perpétuité, c’est la sentence prononcée par le Tribunal de première instance de première classe Cotonou à l’encontre des nommés Gérard D., un opérateur économique, de Hélène K. N. (aide-soignante), et de Marcel K. (technicien en génie civil) le vendredi 17 mai 2019. Les deux premiers sont accusés d’avortement volontaire suivi de mort sans intention de la donner tandis que le denier est condamné pour complicité.



Selon l’Agence Bénin presse (ABP), les faits remontent au mois de septembre 2016. Rolande Bessan en état de grossesse de 5 mois environ s’est fait accompagner par son partenaire Marcel K. au domicile de l’aide-soignante Hélène K. N. et de son époux Gérard D. pour se faire avorter. Hélas ! après deux jours de soins, Rolande Bessan a été victime des maux de ventre qui ont provoqué sa mort. Son corps sera ensuite déposé à la morgue de PK 14 et enterré six jours plus tard par le trio Kouagou, Damado et Kokossou à l’insu de ses parents.

En détention provisoire depuis plus de deux ans, ils ont reconnu les faits une fois à la barre vendredi 17 mai 2019 à la différence de Gérard Damado qui a nié tout connaitre de l’avortement.

Après avoir demandé pardon à la famille de la victime et la clémence des juges, ils ont été condamnés à la peine de réclusion criminelle à perpétuité.

Avec Banouto