Bénin – Crise électorale : vers de nouvelles élections législatives ?

Après la levée de siège du domicile de Boni Yayi depuis 52 jours, l’opposition compte obtenir auprès du gouvernement la reprise du scrutin législatif du 28 avril dernier. Est-ce que cette exigence de la résistance pourra –t-elle aboutir ?

Boni Yayi étant une parenthèse dans la résistance, maintenant la reprise des élections législatives inclusives devient une priorité. « L’annulation des législatives, libération les détenus politiques, le retour des exilés… Voilà les conditions sine qua non pour le retour de la paix ».

Lire aussi : Togo : voici les grands sujets du Conseil des ministres de ce mardi 25 juin 2019

Que fera désormais la résistance après la levée du dispositif policier autour du domicile de l’ex-président de la République ? La sortie médiatique du parti Force cauris pour un Bénin émergent le samedi 22 juin 2019 pour exiger des chefs actuels du pouvoir, l’organisation des assises nationales en vue de l’abrogation des lois scélérates et la reprise pure et simple des élections législatives du 28 avril dernier, démontre à plus d’un titre que la détermination est sans faille.

Pour la majorité des partis de l’opposition, la libération du domicile de Boni Yayi est une victoire de tout le peuple béninois qui doit motiver davantage les forces démocratiques à resserrer leurs rangs pour exiger du pouvoir de la ‘’Rupture’’ la restauration de l’Etat de droit dans le pays.

Appréciant également cette actualité, Eric Houndété, a dit sans surprise que « la prochaine étape doit être la restitution au peuple souverain de son Parlement ». Il y a quelques jours, Nourou Dine Saka Saley, a tout comme les adversaires politiques du chef de l’Etat, préconisé la dissolution pure et simple de l’actuelle Assemblée nationale.

Lire aussi : CAN 2019 : risque de mort subite chez les Lions indomptables

Pour que la démocratie béninoise ne perde définitivement sa valeur et sa crédibilité, l’organisation de nouvelles législatives demeure une exigence non négociable pour les forces de l’opposition. Quelle serait la réponse des tenants du pouvoir ? Puisque malgré les cris de détresses, les faits qui se sont succédé et ayant eu pour finalité l’installation de la 8è législature en disent long.

Si aucune réaction de la part du pouvoir n’est encore enrégistrée, la farouche volonté de poursuivre les réformes serait inébranlable. Va-t-on vers un guerre d’intérêts. Les prochains jours nous édifieront.

Avec Benin 24 Télévision

Plus d'articles
Cameroun : l’effondrement d’un immeuble fait plusieurs morts à Yaoundé