Bénin : de plus en plus battus par leurs femmes, les hommes brisent le silence

De plus en plus battus par leurs femmes et délaissés à leur propre sort, les hommes ont décidé de briser le silence pour expliquer le calvaire qu’ils subissent au quotidien.

L’une des victimes, Gilles, explique que c’est lui qui fait les travaux domestiques dans la maison, car dit-il, lorsque son épouse se lève, elle se contente de lui lister ce qu’il doit faire en journée avant d’aller à son service, rapporte Beninwebtv.

« Si je ne le fais pas, le soir, elle me gronde, me crie dessus, me donne des coups de poing comme si j’étais son enfant. Ma femme ne fait rien dans la maison à part me donner des ordres ou me frapper devant les enfants. C’est moi qui essuie les carreaux et je lave les bols, je prépare, elle vient juste pour manger et me donner des ordres sur ce qu’il faut faire par la suite. Le soir, si elle vient et ne trouve pas de nourriture, c’est encore grave. Elle va m’insulter, insulter mes parents et me battre, or l’argent de la nourriture est déjà avec elle », explique-t-il.

Une autre victime de violence conjugale avoue qu’il vit dans la même maison avec sa femme qui ne lui adresse plus la parole parce qu’il est sans emploi. Cette situation a engendré beaucoup de disputes.

« Ma femme s’en prend à moi publiquement. J’ai honte de sortir parce que les voisins me traitent d’homme faible. Mais, voyez-vous, ce n’était pas ainsi avant. Tout a commencé par des violences verbales quand j’ai perdu mon boulot et qu’elle devrait se charger de tout faire dans la maison. Je suis devenu l’homme à tout faire. Ce n’est qu’après qu’elle a commencé par me porter la main».

«Si je ne viens pas à 17h 30 au plus, elle m’accueille au portail avec des coups de pied ou de poing et de jets d’objets en présence des enfants, des passants et des voisins», se plaint une autre victime.

Malheureusement, les hommes ne jouissent pas de protection maximale contre les violences conjugales qui demeurent un tabou dans nos sociétés.

Similaires