Le tribunal de première instance de première classe de Cotonou a rendu son verdict suite à une plainte déposée par une famille contre un hôpital pour avoir trafiqué les organes de la dépouille d’un de leur proche déposée à la morgue de l’hôpital, affirment nos confrères de Benin Web TV.

Dans sa décision, la cour a condamné les agents trafiquants à 4 mois de prison ferme.



En effet, trois (3) croque-morts de la morgue de l’hôpital situé à Akpakpa, sont accusés d’avoir trafiqué les organes de feu J. Honnaho puisqu’il aurait été retrouvé éventré par les thanatopracteurs au cours de son entretien à la morgue de l’hôpital.

Lire aussi : Burkina Faso : le Président Kaboré ‘prend acte’ de la lettre de Blaise Compaoré

Les parents découvrent, une fois le corps reçu pour les cérémonies d’inhumation, ont découvert l’étrange entaille de leur fils, d’où des soupçons de trafic d’organes.

Le médecin légiste mandaté pour éclairer la justice a déposé son rapport le mardi 9 Avril 2019. Dans sa plainte, la famille du défunt a accusé l’hôpital d’avoir soutiré le cœur de leur parent décédé.

La décision du tribunal de première instance de Cotonou

A l’issue de l’audience tenue le mardi 16 avril 2019, le tribunal de première instance de première classe de Cotonou a rendu son jugement: Quatre mois de prison ferme et le payement d’une amende de 100.000 fcfa;  les agents de la morgue sont reconnus coupables de trafic d’organes humains. Les parents du défunt disposent selon la décision de justice de 15 jours pour retirer leur corps en vue de poursuivre les cérémonies d’enterrement et les condamnés du même délai pour interjeter appel s’ils ne sont pas satisfaits de la décision rendue par le tribunal.

Miss Togo 2019