Les partis de l’opposition béninoise participeront-ils aux discussions annoncées par le chef de l’État Patrice Talon ? À cette question, les avis sont partagés.

Lire aussi Togo : la FTF en appui à 2 clubs de football



En effet, il y a une opposition modérée qui est prête pour participer aux discussions en vue de trouver des voies de sortie de crise. À côté de cette catégorie, il y a celle considérée comme radicale à l’instar du parti Restaurer l’espoir qui reste totalement fermé à toute forme de discussion avec le chef de l’État. Pour le président de cette formation politique, « on ne discute pas avec un dictateur ». Enfin, on a une troisième catégorie qui pose des conditions pour participer aux discussions.

En présence du clergé catholique, le lundi dernier, cette dernière catégorie est restée ferme dans sa position. Pour elle, toute discussion avec le gouvernement passe nécessairement par la prise en compte de quatre préalables.

Lire aussi Côte d’Ivoire : en route pour la prison, 6 détenus s’échappent d’un fourgon

Il s’agit de :

–  La reprise des élections législatives ;
– Le retour des exilés politiques ;
– La libération des centaines de jeunes arrêtés pour leur opinion ou pour les manifestations des 1er et 2 Mai 2019 ;
– La restitution des corps des personnes victimes des violences post-électorales.

Avec Bénin Web Tv