Le procureur de la République près le Tribunal de première instance de première classe de Cotonou a été face à la presse ce mardi 18 juin 2019. Selon les informations de nos confrères de Banouto, le procureur Mario Metonou s’est prononcé sur un sujet de grande préoccupation : la situation de l’ex-président de la République, Boni Yayi.

Lire aussi : Togo – Grève du Synbank : la mise au point du Groupe NSIA



Depuis le 7 juin dernier, le juge du 4ème cabinet d’instruction, Aubert Kodjo, dans le cadre de l’instruction d’un dossier relatif aux violences enregistrées à Cotonou les 1er et 2 mai suite à une rumeur sur l’arrestation de l’ex-président a souhaité entendre l’ex-dirigeant mais sans succès.

Selon les informations de Banouto, après s’être rendu le 7 juin sans pouvoir auditionner l’ancien président Boni Yayi dont l’état de santé se serait dégradé, le juge a effectué un nouveau transport judiciaire au domicile de Boni Yayi encerclé par des éléments de la police républicaine le 12 juin. Mais comme la première fois, il n’a pu auditionner l’ancien président Boni Yayi.

Lire aussi : Ligue des champions : le tirage du premier tour des qualifications connu

L’annonce du procureur

Face à la presse ce mardi 18 juin 2019, le procureur de Cotonou a affirmé que des éléments en la possession de la justice permettent de prouver l’implication personnelle de l’ex-chef d’Etat dans les événements des 1er et 2 mai. Il a annoncé la prise de “mesures coercitives” à son encontre. Plus de détails à venir.

Avec Banouto