Bénin : les sujets de la rencontre entre Patrice Talon et les partis ce lundi 15 juillet

Le président béninois, Patrice Talon, a fait face ce lundi 15 juillet à une partie de la classe politique. C’est la première rencontre du genre depuis les élections législatives du 28 avril 2019, marquées par l’absence des partis d’opposition qui n’ont pas pu obtenir leur certificat de conformité à la nouvelle charte des partis politiques. D’ailleurs, cette absence a projeté le Bénin dans une tension politique marquée par des scènes de violence avec à la clé des morts, des blessés et des dégâts matériels.

Lire aussi : Togo-Education en deuil : le fondateur des écoles Kouvahey est mort !

Ainsi, pour permettre au Bénin de tourner cette triste parenthèse de son histoire politique, le chef d’Etat Patrice Talon avait annoncé dans son discours à la nation du 20 mai, qu’il inviterait  «la classe politique pour des échanges francs, directs et constructifs au profit de notre bien commun: le Bénin».

Pour donner corps à cet engagement, 11 partis politiques ont été conviés à une séance de concertation au palais présidentiel, ce lundi 15 juillet, 2019 en début de soirée. Les partis concernés sont ceux ayant entamé la démarche de mise en conformité à la charte des partis politiques ou de déclaration d’existence officielle auprès du ministère de l’intérieur.

De sources gouvernementales, rapporte Banouto, tous les partis invités ont répondu présents, à l’exception de Restaurer l’Espoir. Le parti présidé par Candide Azannaï avait d’ailleurs annoncé qu’il ne s’y rendrait pas.

La rencontre a duré plus de 3 h d’horloge. Selon notre source, le chef de l’Etat a salué la présence de la quasi-totalité de ses invités. Pour lui, «c’est une preuve, que nous sommes capables de surmonter nos divergences, nos querelles» et de «reconstruire.»

Lire aussi : Une lesbienne détourne la femme de son grand frère

Le président Patrice Talon, rapporte le site, a ajouté que ce premier contact post-législatives avec la classe politique «concerne exclusivement les partis en souffrance de personnalité juridique et vise à voir les voies et moyens pour surmonter les éléments de blocage éventuels afin de normaliser leur situation.»

Une fois ce préalable réglé, une autre étape sera franchie dans son engagement au dialogue politique. La prochaine sera une concertation la classe politique sur les amendements à apporter à la charte des partis politiques et au code électoral «sans remettre en cause la réforme du système partisan.»

Lire aussi : Cameroun : les élections municipales (encore) reportées par le Président Paul Biya

Avant d’en arriver là, pour permettre aux 11 partis politiques conviés d’exister légalement, il a instruit le ministre de l’Intérieur à voir avec chacun d’eux les corrections ou ajustements nécessaires pour l’aboutissement du processus de leur existence légale. A savoir, l’obtention du récépissé ou du certificat de conformité. Selon les sources, le ministère a convenu d’un chronogramme avec les 10 présents à la rencontre.

Plus d'articles
Togo : les adieux du Gouvernement à Patrick Têvi Benissan